Honda CB 1100 RS Euro4
Essai
18 novembre 2017
Triumph Street Triple 765 S
Essai
11 novembre 2017
MagPower Bombers
Essai
04 novembre 2017
KTM Duke 390 2017 Euro 4
Essai
28 octobre 2017
Ducati Monster 797
Essai
21 octobre 2017
Bmw K 1600 GT 2017
Essai
30 septembre 2017
NIU N1S Civic
Essai
23 septembre 2017
Benelli TRK 502
Essai
16 septembre 2017
Bullit Hero
Essai
09 septembre 2017
Harley-Davidson Street Rod 750
Essai
02 septembre 2017

Triumph Street Triple 765 S

Triumph Street Triple 765 S

Les photos de l'essai

publié le 11 novembre

Dans la famille Triumph Street Triple 2017, voici la plus humble : cette 765 S fait figure de roadster "entrée de gamme" par rapport à ses sœurs R et RS... Mais la nouvelle Street a-t-elle vraiment besoin d'un R pour donner du plaisir ?

Pas de révolution esthétique sur ce millésime 2017, même si les amateurs auront tout de suite remarqué un bloc optique rabaissé, deux feux en amande plus arrondis, des écopes au design plus incisif, une selle dédoublée, tandis que l'arrière évoque la Daytona, avec d'agressives ouïes de squale de part et d'autre de la boucle arrière. Des atours plus sportifs qui vont bien au modèle, toujours produit en Thaïlande sans que la qualité de finition en pâtisse.

Plus sportive

Plus sportive, mais pas moins accessible, et c'est tant mieux ! Certes la selle augmente de 10 mm à 810 mm, mais l'arcade est fine, pas de souci pour les petits d'1,60 m, et les grands ne se plaignent pas non plus. Le guidon est toujours large (et les rétros donc !), induisant un léger appui sur les poignets, les jambes ne souffrent pas : la position est dynamique mais reste naturelle. Le réservoir bien plat facilite la position limande. La S n'a pas droit au nouvel écran TFT des R et RS et se contente du (très efficace) bloc compteur de la Speed 2016, très complet et lisible, avec de nombreuses infos que l'on fait facilement défiler à main gauche via le bouton Info. On a droit à des warning à main droite, et à un espace sous la selle pour un petit antivol, ou pour brancher son smartphone sur une prise USB. Le passager n'a toujours rien pour se tenir mais aurait pu se plaindre davantage.

Moteur boosté

Le fameux Triple british a pris du galon, passant de 675 à 765 cm3. Puissance et couple en profitent même sur cette version S, passant de 106 à 113 ch à 11 250 tr/min et de 69 à 73 Nm à 9100 tr/min, les régimes étant par ailleurs légèrement inférieurs. Echappement et boîte à air ont été revus, l'accélérateur électronique est de la partie. Après quelques petits à-coups à très bas régime, il prend son envol à 4000 tours, sans rien lâcher jusqu'à 10000 ! Vigueur, allonge, disponibilité : c'est du bonheur tout du long, avec une sonorité plus profonde qu'auparavant (et un sifflement de transmission primaire adouci !) ! La réponse à la poignée une fois dans les tours est fine et précise, certes pas de gros coup de catapulte mais sur ce modèle « de base » c'est appréciable pour l'accessibilité à tous les motards. Rien à redire sur la boîte, précise, douce, parfois peut-être un peu bruyante. On croise à 4500 tr/min à 90 km/h en 6è, 6250 tr/min à 130, autant dire que les reprises sont largement assez copieuses pour enthousiasmer la majorité d'entre nous.

Modes de conduite et antipatinage

Deux modes de conduite « seulement » sur cette Street S, Road et Rain. Le mode Rain ne bride ni la puissance ni le couple, n'agissant que sur la réponse à l'accélérateur électronique. L'agrément moteur est conservé, et on est rassuré sur mauvais revêtements ou sur le mouillé. Le freinage reprend celui de sa devancière : étriers axiaux 2 pistons Nissin à l'avant, étrier simple piston Brembo à l'arrière. Si l'ensemble offre une puissance suffisante, on regrette le dosage peu précis du levier avant, avec une attaque un peu spongieuse et un mordant qui vient d'un coup. L'ABS est sensible à l'avant comme à l'arrière, la faute aux pneus aussi d'après nous. Lors de freinages appuyés sur l'avant, le transfert des masses est assez important...

Vive mais pas trop

Un poil moins vive que la 675, la 765 reste très agile et facile. Si le cadre et l'empattement n'ont pas été modifiés, la géométrie a été retouchée, avec un nouveau bras oscillant, un angle de chasse et une chasse augmentés. Les suspensions sont suffisamment rigoureuses pour l'usage et le plaisir du commun des motards, quoique la fourche montre ses limites sur les grosses contraintes. Assise douillette et amortisseur bienveillant s'accordent pour vous faire voyager sans peiner au bout de 50 km. La bonne protection offerte par le saute-vent et les écopes sur les liaisons autoroutières nous a surprise. Les vibrations dans les poignées à rythme soutenu et constant prendront le relais pour vous inciter à la pause...Pour finir parlons passage à la pompe : notre moyenne s'est élevée à 6 l/100 km (autonomie 290 km). 

Un roadster polyvalent

Si certains regrettent le tempérament plus espiègle de la 675, nous avons pour notre part apprécié la polyvalence accrue de cette 765, et un caractère toujours bien trempé. Simple, performante, essentielle, la version S est à mettre entre toutes les mains. Certes, à 8900 €, elle a augmenté de 500 € par rapport au modèle précédent, toutefois c'est le prix d'une Européenne à la maturité appréciable.

Avis de la rédaction sur Triumph Street Triple 765 S
16.8/20
Si certains regrettent le tempérament plus espiègle de la 675, nous avons pour notre part apprécié la polyvalence accrue de cette 765, et un caractère toujours bien trempé. Simple, performante, essentielle, la version S est à mettre entre toutes les mains. Certes, à 8900 €, elle a augmenté de 500 € par rapport au modèle précédent, toutefois c'est le prix d'une Européenne à la maturité appréciable. Pour ce montant, certaines japonaises (Yamaha MT-09, Kawasaki Z900) proposent plus de cm3, mais les concurrentes de l'année dans la cylindrée ne sont pas moins chères, sans avoir bénéficié des mêmes évolutions (Suzuki GSX-S 750, Ducati Monster 797).
Polyvalence accruePerformances et allonge moteurProtection correcte pour un roadsterAntipatinage déconnectableFinition et stylePrise USB sous selleTarif qui n'enfle pas trop
Moteur plus linéaire ?A-coups à bas régime (mode std)Antipatinage et ABS sensiblesPneus sur le mouilléDuo toujours difficileDiamètre de braquage
Les chiffresPrix8 900 €Puissance83 kW à 11250 tr/min0 à 100km/hN/CConso mixteN/C
Notes de la rédactionMoteur20/20Chassis16/20Look20/20Prix16/20Equipements12/20
 
3 commentaires - Triumph Street Triple 765 S
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]