Benelli TRK 502
Essai
16 septembre 2017
Bullit Hero
Essai
09 septembre 2017
Harley-Davidson Street Rod 750
Essai
02 septembre 2017
Honda SH 125i Euro4
Essai
19 août 2017
Yamaha MT-10 2017 Euro 4
Essai
12 août 2017
Kawasaki Versys-X 300
Essai
29 juillet 2017
Kymco Like 125 2017
Essai
22 juillet 2017
Bmw R 1200 GS 2017
Essai
15 juillet 2017
Indian Roadmaster Euro4
Essai
08 juillet 2017
TGB Blade 600 LT EPS
Essai
01 juillet 2017
Masai Scrambler 125 E4
Essai
24 juin 2017

Solowheel Solowheel

Solowheel Solowheel

Les photos de l'essai

publié le 8 novembre

Un monocycle électrique pour se déplacer en ville, pourquoi pas ? Après le Segway, qui lui a deux roues et un « guidon », voici le Solowheel, un nouveau mode de « transport personnel » tout à fait original et qui fait tourner bien des têtes sur son passage.

Stabilisation gyroscopique

Inventé outre-Atlantique, commercialisé depuis fin 2011, le Solowheel est « Design in USA, made in China ». Techniquement, c'est simple : une roue, équipée d'un pneu, dans laquelle est logé un moteur électrique, une batterie et un système de stabilisation gyroscopique. Des capteurs intégrés dans la carte mère détectent l'inclinaison avant, et ordonnent alors au moteur de compenser le balancement en faisant tourner la roue pour conserver cette inclinaison constante. Inversement pour le freinage, ils détectent l'inclinaison arrière et ordonnent au moteur de décélérer pour conserver cette inclinaison constante.Si son tarif est proche de celui d'un très bon scooter 50 cm3, en Solowheel, vous restez un piéton : pas d'assurance, pas d'essence, pas de casque, pas de pv, pas de test d'alcoolémie...! Mais vous irez moins loin et moins vite qu'à deux-roues : sa batterie vous permet de parcourir entre 8 et 11 km en fonction de votre poids et du terrain, à une vitesse maxi de 20 km/h. Pour ce qui est du poids justement, le Solowheel est accessible à tous entre 30 et 100 kg, ce qui laisse une belle marge.

Chargez !

Le Solowheel franchit les trottoirs jusqu'à 5 cm et monte les côtes jusqu'à 30 %, mais cela consomme beaucoup plus d'énergie et use plus vite la batterie. Un voyant à côté du bouton « on/off » vous indique le niveau de chargement de la batterie au fur et à mesure.Si vous tombez en « panne », et puisqu'il faudra quand même le porter de temps en temps grâce à une poignée dédiée, sachez qu'il pèse tout de même 11 kg. Comptez 1 h 30 pour une recharge complète avec le chargeur standard 1,5 A de série et 1 h avec le chargeur 2 A en option à 179 € aussi. Vous prendrez garde à la pression du pneu (entre 2,3 et 2,6 bars en fonction de votre poids), que vous pouvez réparer vous-même ou faire réparer dans un point de vente agréé. Enfin, le Solowheel et son chargeur sont garantis 2 ans, la batterie 1 an.

Apprentissage : de la théorie à la pratique...

La « prise en jambes » des moins habiles réclame une séance quotidienne d'une heure pendant une semaine. Chez Solowheel Europe, basé à Paris, une « formation accompagnée » d'une heure vous est proposée gratuitement. La théorie est simple : pour avancer, il faut se pencher légèrement en avant, ou appuyer sur la pointe des pieds, jambes fléchies, et toujours regarder l'horizon ; pour freiner se mettre en arrière, ou appuyer sur les talons et attendre qu'il s'arrête pour poser le pied au sol. Pour tourner, il suffit de tourner les épaules et la tête dans la direction où l'on souhaite aller...Mais c'est qu'il faut déjà pourvoir monter dessus ! Les repose-pieds du Solowheel sont repliables, et l'ensemble est solide, heureusement, car en phase d'apprentissage, il se retrouve souvent sur le flanc... Par sécurité, il s'éteint alors, et il faut le rallumer pour repartir. Au fur et à mesure, avec un peu de patience et de volonté, on apprend à se décontracter, à positionner ses pieds bien parallèles, sans que l'un soit décalé par rapport à l'autre.  Une fois le déclic venu, on apprécie le Solowheel à sa juste valeur, en éprouvant une sensation jusqu'alors inconnue de flottement sans aucun effort...

Ludique et original, mais un peu cher...

Ludique et original, efficace et solide, le Solowhelle reste un peu cher pour un  rayon d'action restreint... Avec un prix moins élevé et un poids allégé, on pourrait imaginer s'en offrir un juste pour le plaisir, et s'amuser avec comme on chausse une paire de rollers le week-end. Pour cet usage loisir davantage que pour les trajets des commuters, le Solowheel, c'est le pied ! Et il paraît que ça marche très bien pour faire des rencontres...

Avis de la rédaction sur Solowheel Solowheel
14.4/20
Pour ceux qui cherchent un mode de déplacement urbain écologique, "sans effort" et original, le Solowheel est certainement l'engin rêvé, pour peu qu'ils soient motivés pour maîtriser l'engin... Et aussi pour l'acheter, car au tarif auquel il est proposé, cela donne à réfléchir à deux fois si l'on hésite avec un scooter 50 de bonne facture, ou un très bon vélo, qui seront plus polyvalents. Avec un prix moins élevé et un poids allégé, on pourrait imaginer s'en offrir un juste pour le plaisir, et s'amuser avec comme on chausse une paire de rollers le week-end. Pour cet usage loisir davantage que pour les trajets des commuters, le Solowheel, c'est le pied ! Et il paraît que ça marche très bien pour faire des rencontres...
EfficacitéSoliditéPratique pour les courtes distancesOriginalité
PrixPoidsApprentissage nécessaireUsage limité
Les chiffresPrix1 999 €Puissance1500 W kW0 à 100km/hN/CConso mixteN/C
Notes de la rédactionMoteur20/20Chassis16/20Look16/20Prix8/20Equipements12/20
 
0 commentaire - Solowheel Solowheel
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]