Bmw K 1600 GT 2017
Essai
30 septembre 2017
NIU N1S Civic
Essai
23 septembre 2017
Benelli TRK 502
Essai
16 septembre 2017
Bullit Hero
Essai
09 septembre 2017
Harley-Davidson Street Rod 750
Essai
02 septembre 2017
Honda SH 125i Euro4
Essai
19 août 2017
Yamaha MT-10 2017 Euro 4
Essai
12 août 2017
Kawasaki Versys-X 300
Essai
29 juillet 2017
Kymco Like 125 2017
Essai
22 juillet 2017

Royal Enfield Continental GT 535

Royal Enfield Continental GT 535

Les photos de l'essai

publié le 21 février

A l'origine était la Continental GT 250. Née en 1965 dans les usines anglaises de Royal Enfield, elle reste un symbole de performance et de style. Voici venir sa relève : la Continental GT 535. Coloris rouge unique, monocylindre culbuté, architecture simple et double cadre en berceau, elle adopte également pour l'occasion une selle monoplace très réussie, un réservoir allongé et des guidons bracelet. Un look plaisant, qui se marie à la perfection avec une construction sobre !

Moderne, mais pas trop...

Il n'est pas question de feux de détresse ou de montre : le compteur (gradué jusqu'à 160 km/h) comme le compte-tours (zone rouge à 5500 tr/min) sont analogiques, et seule une petite lucarne digitale affiche un totalisateur, deux trips journaliers et... une jauge à essence de type barre graph. Assez précise, elle clignote une fois en réserve. Pas mal !

Basse de selle, avec 800 mm au garrot, sa forme facilite le poser des pieds au sol, tandis que la position de conduite est agréable. Même si les pieds sont un peu reculés, ils sont surtout haut placés sur des repose pieds racing, ménageant une bonne garde au sol. Les demi bracelets hauts redressent quant à eux le dos sans tendre les bras, proposant une position confortable et typée roadster. Les commodos sont modernes, même s'il faut encore allumer manuellement les feux. Le système de freinage signé Brembo pince un disque de 300 mm à la fois performant et impressionnant. A l'arrière, la puissance est également au rendez vous, avec un disque de 240 mm.

Un bel agrément

Côté moteur, la Continental GT conserve son kick côté droit et son démarreur électrique. Après l'avoir faite "craquer" l'un des gros points forts de cette moto : sa sonorité rauque et pétaradante, mais pas agressive. Le monocylindre refrodit par air et alimenté par injection gagne 36 cm3 et un petit rab de puissance, portant celle-ci à 29 chevaux. Au regard des 184 kilos annoncés, les chiffres ne reflètent en rien sa santé réelle, et surtout ne parlent pas des impressions à bord, toutes deux excellentes. Vivant, cliquettant, gromelant et toujours expressif même si linéaire, il distille son charme et fait remonter le moindre coup de piston dans les guidons. Un délice pour initiés et amateurs du genre.

La boîte cinq vitesses est agréable et, si l'on arrive rapidement en zone rouge sur les 4 principaux rapports, la 5ème et une sur-multipliée tirant long, très long. De quoi aller chercher tout doucement les 150 km/h au compteur sans brutaliser le moteur. Mais l'autoroute n'est pas sa tasse de thé et la Continantal GT n'est pas faite pour. Le bonheur est ailleurs, entre 2500 et 4000 tr/mn où le moteur s'exprime le mieux.

Confort et sérénité

Si l'accord des suspensions est discutable (avant souple et arrière ferme), la Continental GT fixe son rythme en fonction de revêtements et son excellent niveau de confort est élevé. Reste à ne pas brusquer ce petit monde. Le côté classique sait vite ressortir ! En ville, le rayon de braquage est excellent et dès 30 km/h, on apprécie la stabilité générale et la simplicité de la Continental GT, oubliant vite sa direction un peu lourde.

Plus ancienne que moderne

Davantage moto ancienne modernisée que moto moderne rétroïsée, la Continental GT perpétue une manière de rouler. Légitime, elle se montre agréable à conduire et à emmener plus allègrement. Très attachante (comprendre par là que ses défauts sont largement compensés par ses qualités et le plaisir pris), la Continental GT 535 offre une nouvelle façon de prendre la route, décontractée et stylée à la fois, le tout avec un excellent niveau de confort et sans aucun complexe. Peu puissante, certes, elle défend un esprit, une façon d'être, de rouler et de vivre.

Avis de la rédaction sur Royal Enfield Continental GT 535
16/20
Si son esthétique la rapproche bien sûr d'une classique, la Continental GT n'est pas une moto moderne jouant les anciennes, mais l'inverse : une moto ancienne jouant les modernes. Légitime, elle se montre agréable à conduire et à emmener plus allègrement. Très attachante (comprendre par là que ses défauts sont compensés largement par ses qualités), la Continental GT 535 offre une nouvelle philosophie de la route, décontractée et stylée à la fois, le tout avec un excellent niveau de confort et sans aucun complexe. Peu puissante, certes, elle compense par un haut niveau de plaisir ses modestes performances. La ville et la balade sont ses domaines, et elle vous le rendra bien, même si son tarif n'est pas assez doux. Cette Continental GT symbolise parfaitement l'esprit café racer du XXIè siècle et prouve que les Indiens ont parfaitement intégré les modes européennes, gardant intact le caractère qui fait souvent défaut sur nos motos actuelles.
LigneComportementConfortSimplicité
La limite des 214 kW...Tarif un peu fort
Les chiffresPrix6 195 €Puissance21,4 kW à 5100 tr/min0 à 100km/hN/CConso mixteN/C
Notes de la rédactionMoteur16/20Chassis12/20Look20/20Prix16/20Equipements16/20
 
0 commentaire - Royal Enfield Continental GT 535
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]