Benelli TRK 502
Essai
16 septembre 2017
Bullit Hero
Essai
09 septembre 2017
Harley-Davidson Street Rod 750
Essai
02 septembre 2017
Honda SH 125i Euro4
Essai
19 août 2017
Yamaha MT-10 2017 Euro 4
Essai
12 août 2017
Kawasaki Versys-X 300
Essai
29 juillet 2017
Kymco Like 125 2017
Essai
22 juillet 2017
Bmw R 1200 GS 2017
Essai
15 juillet 2017
Indian Roadmaster Euro4
Essai
08 juillet 2017
TGB Blade 600 LT EPS
Essai
01 juillet 2017
Masai Scrambler 125 E4
Essai
24 juin 2017

Peugeot Speedfight 4 Liquide 2T

Peugeot Speedfight 4 Liquide 2T

Les photos de l'essai

publié le 6 février

Vendu à un demi-million d'exemplaires depuis sa sortie il y a 18 ans, le Peugeot Speedfight 50 étrenne en 2015 sa quatrième évolution. Et pour continuer à séduire les ados, le Lion a sorti ses griffes !

Design aguicheur

A commencer par un design aguicheur, notamment dans cette inédite version Pure, où le coloris or mat souligne la double optique lenticulaire agressive à souhait, les ouvertures des flancs de carénage avant et les creux offerts au passager en guise de poignées de maintien, sans oublier les jantes à cinq bâtons dédoublés du plus bel effet. Capot de selle, feu arrière surmonté d'un spoiler et marchepieds en métal en rajoutent, tandis que les leds s'invitent aux clignotants. Notez aussi le joli détail des tiges de rétroviseurs ajourées. La finition du modèle, produit en Chine, est plus qu'honnête, ce dont témoignent aussi les repose-pieds passager aluminium et le bouchon de réservoir de type aviation. On regrette toutefois que la béquille latérale soit en option.

Performances améliorées

Pour le lancement, deux motorisations 2-temps, à refroidissement par air ou liquide comme le Pure ici à l'essai, sont proposées, une version 4-temps arrivant par la suite. Le mono « liquide » a vu ses performances améliorées, sa puissance passant de 3,8 à 4 kW et son couple de 3,8 à 5,5 Nm. On profite d'une transmission vive assurant une bonne réactivité sans latence au démarrage, et d'une accélération constante, jusqu'à ses 45 km/h chrono réglementaires. Le Speedfight peut même assurer quelques km en duo sans trop peiner. La sonorité du pot à résonateur, assez marquée à l'accélération, n'est pas trop insupportable au ralenti, c'est déjà ça...

Sportif 2.0

Côté équipement, Peugeot met en valeur la présence d'une prise 12 volts ainsi qu'une prise USB nichée dans une petite trappe sous le tableau de bord. Un support pour smartphone à fixer à cet endroit est disponible en option. Connecté donc, le sportif Speedfight contient un casque intégral dans son coffre, mais ne regorge pas par ailleurs d'aspects pratiques : pas de vide-poches et une instrumentation minimaliste avec compteur de vitesse, totalisateur, trip partiel, témoin d'entretien et voyant d'huile. Le plancher n'est pas tout à fait plat, mais suffisamment pour transporter un gros sac, assuré par le crochet au tablier.

Partie cycle de grand

Côté ergonomie et confort, c'est sport aussi, avec une selle assez haute et un guidon bas, qui induisent une position sur l'avant plutôt prononcée. Il est cependant accessible à tous, même si les plus grands gabarits seront peut-être un peu à l'étroit. L'assise est bien ferme, de même que les suspensions. Mais l'amortissement est de qualité, avec une vraie fourche inversée et un mono-amortisseur réglable à bonbonne séparée, un must à ce niveau de gamme. Combiné à un bon châssis et aux jantes de 13 pouces bien stables compensant la vivacité du train avant, le comportement se révèle irréprochable, et fait oublier aux plus âgés la raideur de l'ensemble, dont notre jeune essayeur ne s'est pas plaint à un seul instant...Pour le freinage, si la version « air » du Speedfight se contente d'un tambour, la version « liquide » bénéficie d'un disque arrière. Pas de couplage au programme, mais avec le disque « Shuricane » de 215 mm à l'avant pincé par un étrier radial à 4 pistons, l'ensemble est presque surdimensionné. Mais le feeling aux leviers est agréable et permet de doser assez facilement la puissance. Les moins expérimentés se méfieront tout de même du mordant assez prononcé, notamment sur le mouillé.

Retour réussi

Avec un coup de crayon réussi et des performances de qualité, le Speedfight devrait réussir sa rentrée 2015, peut être davantage dans sa version Air, 400 € moins chère que le modèle liquide.

Avis de la rédaction sur Peugeot Speedfight 4 Liquide 2T
17.6/20
Avec un coup de crayon réussi, des équipements pertinents et des performances de qualité, le Speedfight devrait réussir sa rentrée 2015. Son tarif le positionne certes sur le haut du panier face aux Yamaha Aerox / MBK Nitro, et les options n'arrangent pas la chose, mais vous pouvez aussi opter pour la version 2-temps à refroidissement par air, proposée à 400 € de moins.
Look moderneComportement sainFreinage deux disquesCoffre pour casque intégralMoteur plus puissantPrise USB et 12 VAmortissement
Confort fermeBéquille latérale en optionPrix
Les chiffresPrix2 299 €Puissance4 kW à 7000 tr/min0 à 100km/hN/CConso mixteN/C
Notes de la rédactionMoteur20/20Chassis20/20Look20/20Prix12/20Equipements16/20
 
0 commentaire - Peugeot Speedfight 4 Liquide 2T
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]