Ducati Monster 797
Essai
21 octobre 2017
Bmw K 1600 GT 2017
Essai
30 septembre 2017
NIU N1S Civic
Essai
23 septembre 2017
Benelli TRK 502
Essai
16 septembre 2017
Bullit Hero
Essai
09 septembre 2017
Harley-Davidson Street Rod 750
Essai
02 septembre 2017
Honda SH 125i Euro4
Essai
19 août 2017
Yamaha MT-10 2017 Euro 4
Essai
12 août 2017
Kawasaki Versys-X 300
Essai
29 juillet 2017

Peugeot Metropolis II

Peugeot Metropolis II

Les photos de l'essai

publié le 18 mars

Peugeot offre une 2e génération à son Metropolis à l'occasion du passage à Euro4. Moteur PowerMotion, antipatinege, ABS, mais aussi un nouveau train avant avec roues de 13 pouces. A son guidon, tout change !

Plus de trois ans après le lancement de son scooter 3-roues, Peugeot s'est attaché à revoir sa copie et plus de 25 % des pièces sont nouvelles sur ce Metropolis II, même si cela ne se voit pas de l'extérieur.

Comportement plus facile

Dès les premiers mètres, on sent immédiatement les effets du nouveau train avant, plus léger et surtout plus agile et précis. Outre les roues passées en 13 pouces chaussées de pneumatiques plus fins, tout le châssis avant a été renforcé. Les suspensions disposent d'un nouveau réglage qui procure une meilleure absorption des petits chocs de type passage de ralentisseur. Cela reste toujours perfectible sur les successions de bosses sur l'angle. Voilà déjà une très bonne chose pour le débutant qui prendra plus facilement le 3-roues Peugeot en mains. D'autant plus que l'arrivée de l'antipatinage évitera la chute à l'accélération sur sol mouillé. On est toujours très bien installé avec une selle pas trop haute et confortable, un pare-brise réglable sans outil et un plancher plat qui laisse de la place pour mettre un sac avec crochet d'arrimage.

ABS, mais pas seulement

Tout le système de freinage, confié à Nissin, est revu : les disques avant passent de 200 à 230 mm, le disque arrière reçoit un étrier double piston. Tout cela associé à un ABS Continental. La progressivité du freinage est désormais parfaite. En effet, si la pédale de frein était déjà bien placée, le manque total de progressivité ne permettait pas son utilisation. Désormais, on trouve une sensation similaire à ce que l'on peut avoir sur une voiture. Peugeot annonce une réduction des distances de freinage de 3 mètres à 50 km/h, soit 25 % de mieux ! Petit changement aussi dans les leviers au guidon qui ne sont plus couplés, mais indépendants comme sur un scooter classique. Autres améliorations, le doublement de la durée de vie des plaquettes avant et les warning automatiques en cas de freinage d'urgence.

Et le moteur ?

Le moteur, toujours en 400 cm3, est désormais appelé PowerMotion. Un pur produit Peugeot fabriqué en France à Mandeure qui s'est bonifié, perdant toutefois 1 kW (35,3 ch désormais) au profit d'un couple accru sur toute la plage basse et mi-régimes, avec toujours un maxi à 38 Nm. Et l'on s'en rend immédiatement compte avec des démarrages très vifs et de meilleures accélérations jusqu'à 50 m. En côte ou en duo, l'amélioration est également sensible et les 5 km/h de perdu en pointe sont pas pénalisants. Le Metropolis accroche tout de même les 135 km/h (GPS). Et n'oublions pas que les ingénieurs ont également réussi à diminuer la consommation de 4,2 à 3,9 l/100 km.

Nouvelle instrumentation et équipement

Le Metropolis reçoit une nouvelle instrumentation plus automobile avec des compteurs cerclés de chrome et un compte-tours inversé (aiguille allant de droite à gauche) comme sur la nouvelle 3008. Au centre on retrouve toutes les informations sur un large écran TFT. On a aussi droit à une prise USB dans le vide-poches gauche à la place de la prise 12 volts. Le rangement central comprend trois compartiments. La clé smartkey que l'on garde dans la poche est désormais fournie en double exemplaire. Elle débloque la direction et l'ouverture des coffres et du contacteur. Côté coffre, le Metropolis loge un modulable à l'arrière et un demi-jet ou un sac avec ordinateur sous la selle. On apprécie toujours autant le frein de parking électrique avec son poussoir au centre du guidon, incluant aussi les warning, pour stationner rapidement, une fois enclenché le blocage de l'inclinaison avec le poussoir à main droite. Bien sûr le blocage se déverrouille dès que l'on accélère. La commande est d'ailleurs plus réactive que par le passé. Nous terminerons par les nouvelles très belles jantes alu et la décoration noir mat/brillant relevée de touches rouges. Le drapeau tricolore émigre du flanc droit sur la calandre et signe sa fabrication en France.

Enfin prêt !

La 2e génération du Metropolis semble cette fois prête à affronter la concurrence qui se réduit désormais aux seuls Piaggio MP3 300 et 500 ABS/ASR, tous les autres ayant succombé à Euro4. Il se place d'ailleurs à un tarif entre les deux cylindrées du Piaggio.

Avis de la rédaction sur Peugeot Metropolis II
17.6/20
La 2è génération du Metropolis semble cette fois prête à affronter la concurrence désormais réduite aux seuls Piaggio MP3 300 et 500 ABS/ASR, tous les autres ayant succombé à Euro4. Ce Metropolis 400 RX-R arrivera dès le mois de février 2017 au tarif de 9599 € dans ce coloris unique noir mat/brillant avec touches rouges. Ensuite, fin février, il sera livré en RS (coloris satin technium et titanium) au même tarif et en version standard (rouge safran 3008, blanc et titanium) à 9499 €. Le modèle 2017 sans ABS avec moteur PowerMotion Euro4 (mais sans antipatinage), sera proposé à 7999 € afin d'offrir un premier tarif attractif. Rappelons que l'ancien Metropolis 12 pouces était vendu 8899 €. Ce modèle reçoit les évolutions châssis et suspensions, mais en roues de 12 pouces et avec l'ancien freinage couplé CBS.
Comportement amélioréDémarrage vifPlancher platFrein parking électriquePédale de frein utilisable2 SmartkeysPare-brise réglableSuperbe ligne
Coffre justeSuspensions sur route dégradéeStyle inchangé
Les chiffresPrix9 499 €Puissance26,5 kW à 7250 tr/min0 à 100km/hN/CConso mixteN/C
Notes de la rédactionMoteur20/20Chassis16/20Look16/20Prix16/20Equipements20/20
 
13 commentaires - Peugeot Metropolis II
  • avatar
    lejustedudroitdusol -

    Le prix d'une voiture basique, un peu exagérer .Pa de prime de l'état ,le prix est trop élevé ,plus de sécurité qu'un 2 roues et performances suffisantes vu les limitations de vitesse .
    Assurances ,prix trop élevé ,si l'on veut encourager l'industrie française il serait temps de faciliter l'acquisition des produits fabriquer sur nôtre sol en France en taxant les produits qui viennent d'ailleurs . Si la volonté est de produire mieux et moins cher à des prix abordables , s'est très possible ici en France avec des marges de profit raisonnables , se serai une démarche citoyenne .

    avatar
    grand81 -

    vous n'avez rien compris au problème, comparez donc avec les prix des autres motocycles

  • avatar
    chico -

    Un cadeau tout désigné pour une prochaine fin d'activité .

    avatar
    spider59 -

    Il suffit d'améliorer un peut l'ABS et POUF !!!!

  • avatar
    jcph -

    une merde produit en chine

    avatar
    didsign -

    FAUX et je sais de quoi je parle car j'en suis le Designer. Métropolis est fabriqué sur le site de Mandeure dans le Doubs.

  • avatar
    vengeurmasquer -

    pas mal!!! il est dans les prix du piaggio, ca reste un engin pour allez chercher le pain ou pour ceux qui n arrivent pas a avoir le permis moto, et qui prennent les motos pour des baignoires, enfin bref les tringlots, no comments.

  • avatar
    Lapalisse -

    Cet engin est cher, certes, mais avec tous les équipements qu'il possède, c'est justifié, au même titre que le prix de certaines bagnoles...

    Personnellement, je n'aime pas beaucoup les 3 roues mais, si je devais faire des trajets quotidiens sur des axes surchargés, j'en utiliserai certainement un pour ne pas devenir enragé dans les embouteillages !

  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]