Kymco AK 550
Essai
13 mai 2017
Bmw G 310 R
Essai
06 mai 2017
Honda X-ADV
Essai
29 avril 2017
Mondial Hps 125
Essai
22 avril 2017
Yamaha TMAX 530 DX Euro4
Essai
15 avril 2017
MagPower R-Stunt 50
Essai
08 avril 2017
Suzuki GSX-S 750
Essai
02 avril 2017
KTM 1090 Adventure 2017
Essai
25 mars 2017
Peugeot Metropolis II
Essai
18 mars 2017
Kawasaki Z900
Essai
11 mars 2017
Triumph Bonneville Bobber
Essai
04 mars 2017
Yamaha MT-09 Euro4
Essai
25 février 2017

Peugeot Django 125 Allure

Peugeot Django 125 Allure

Les photos de l'essai

publié le 14 mars

Peugeot s'est décidé à venir jouer sur le créneau du scooter urbain-rétro où règne jusqu'ici en maître Vespa. Comme le constructeur italien, le français reprend les codes de ses modèles des années 50, mais part d'une feuille vierge. Peugeot joue donc un gros coup sur ce Django en s'attaquant à une référence. Nous étions donc curieux de l'essayer et nous avons choisi le modèle Allure, qui marie au mieux l'héritage du passé et le fonctionnel exigé par le commuter urbain. 

Bon gabarit

Ce qui surprend à son approche, c'est son gabarit généreux et son aspect cossu renforcé par un niveau de finition que l'on ne connaissait pas encore chez Peugeot... Le premier contact avec le Django est donc très positif. Les pneus à flancs blancs sont émouvants. La selle biplace est magnifique. Libérée depuis la clé de contact, sa partie avant bascule pour découvrir le coffre où l'on rentrera un jet-écran et un vêtement pluie. La place passager est généreuse et ce dernier dispose de repose-pieds extractibles et d'un dosseret intégré au top-case monté de série.

Capacité emport facile

Côté rangements, on est d'ailleurs servi avec le top-case, mais aussi le plancher plat avec ses bandes antidérapantes et son accroche-sac rétractable. On ajoute, en plus une boîte à gants avec une prise 12 volts, située en bas du tablier à droite, qui fait pendant avec la trappe à essence à gauche. Les deux s'ouvrent avec la même serrure. Bien vu et aussi bien réalisé car les plastiques sont parfaitement ajustés...

On est bien installé à bord avec une selle creusée, mais un poil ferme, qui positionne le buste droit. Avec le plancher plat, on a de la place d'autant que des échancrures vers l'avant permettent de mieux placer les pieds. 

Equipement pléthorique

Ce Django est richement doté et il n'a rien à envier à un GT. Montre, température ambiante et totalisateur partiel sont intégrés dans une fenêtre numérique, entourée par le compteur de vitesse annulaire à aiguille, rappel du passé. Les commandes au guidon sont élégantes et originales. On note la présence de feux de détresse et d'un appel de phare. 

Pour stationner, nous disposons de deux béquilles avec une latérale à coupe-circuit qui semble un peu frêle et instable. La direction se fait un peu lourde et engageante à basse vitesse, comme souvent sur les scoots rétros, mais le placement reste précis. On apprécie le freinage couplé SBC à main gauche, très équilibré, mettant en jeu les deux disques avant et arrière.

Moteur vigoureux

Le Django dispose d'une nouvelle évolution du moteur 4 temps refroidit par air de chez Sym qui nous propose désormais 7,5 Kw, soit un peu plus de 10 chevaux. La sonorité est valorisante et les nostalgiques retrouve un kick en plus du démarreur électrique. 

L'accélération au démarrage est très correcte, sans trou ou latence et ce Django grimpe vite à 100 km/h avec envie. Les reprises sont bonnes et le Django évolue avec bonheur en ville que ce soit en solo ou même en duo. Ce moteur supporte facilement les 135 kg en ordre de marche du Django.

Très confortable

Nous avons même été voir sur l'autoroute ce qu'il donnait le Django, tant ce moteur nous a agréablement surpris. 115 km/h compteur soit un bon 105 chrono, avec une stabilité éprouvée. A cette allure le petit saute-vent manque juste un peu de protection. 

L'autre bonne surprise vient du confort. Fourche et mono-amortisseur type cantilever assurent un bon amortissement , sans bruit parasite ou claquement. C'est onctueux et l'on apprécie dans nos ville aux chaussées de plus en plus dégradées.

Alternative à Vespa ?

Son aspect cossu et rassurant est conforté par son comportement sain et facile. Solo ou Duo, le Django s'affranchit de tous les usages et peut même se permettre de sortir de la ville avec un moteur étonnant de vitalité. Peugeot ne s'est pas loupé sur ce coup et propose un engin plus haut de gamme que l'on pouvait le penser. Et finalement on se dit que ce n'est pas prétentieux de se positionner en alternative de premier choix face aux Vespa...

Avis de la rédaction sur Peugeot Django 125 Allure
17.6/20
Le ramage de ce Django vaut bien son plumage. Son aspect cossu et rassurant est conforté par son comportement sain et facile. Solo ou duo, le Django s'affranchit de tous les usages et peut même se permettre de sortir de la ville avec un moteur étonnant de vitalité. Peugeot ne s'est pas loupé sur ce coup et propose un engin plus haut de gamme que l'on pouvait le penser. Et finalement, on se dit que ce n'est pas prétentieux de se positionner en alternative de premier choix face aux Vespa...
FinitionEquipementStyle superbeFreinage coupléFeux ledsGabarit
Fixation d'un antivol dans les rouesPot trop basBéquille latérale instable
Les chiffresPrix3 499 €Puissance7,5 kW à 8500 tr/min0 à 100km/hN/CConso mixteN/C
Notes de la rédactionMoteur16/20Chassis16/20Look20/20Prix16/20Equipements20/20
 
0 commentaire - Peugeot Django 125 Allure
  • [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]