Yamaha Xmax 300
Essai
17 juin 2017
Honda CMX 500 Rebel
Essai
03 juin 2017
Kymco AK 550
Essai
13 mai 2017
Bmw G 310 R
Essai
06 mai 2017
Honda X-ADV
Essai
29 avril 2017
Mondial Hps 125
Essai
22 avril 2017
Yamaha TMAX 530 DX Euro4
Essai
15 avril 2017
MagPower R-Stunt 50
Essai
08 avril 2017
Suzuki GSX-S 750
Essai
02 avril 2017
KTM 1090 Adventure 2017
Essai
25 mars 2017

MBK Evolis 400 ABS

MBK Evolis 400 ABS

Les photos de l'essai

publié le 28 février

A côté du 125 et du 250, voici donc le 400 qui diffère, même s'il faut un œil averti avec juste la cylindrée 400 indiquée sur le boomerang cachant le cadre. Pot, carter de transmission et filtre à air signent aussi les différentes cylindrées. Mais si le 125 et le 250 partagent des éléments commun, notamment châssis, le 400 est plus gros et lourd, même si il garde une ligne proche. La face avant est similaire avec ses feux de position à leds, ses phares de reptiles et son pare-brise court. Le ton est donné : l'Evolis 400 n'est pas un tendre !

Commuter génial

L'Evolis 400 se positionne donc comme un grand commuter pour nos mégapoles modernes. Aussi à l'aise sur voies rapides qu'aux cœurs des villes. En s'installant au guidon, on constate immédiatement une selle bien haut perchée qui va gêner les petits gabarits. C'était déjà sensible sur le 125/250, mais la largeur de selle est ici plus importante et cela écarte les cuisses. Même avec mon 1,75 m, j'ai du mal à mettre les deux pieds à plat au sol. Mais c'est aussi pour la bonne cause car l'Evolis dispose toujours d'une vaste soute qui loge deux casques de type intégral. 

Equipement soft

L'instrumentation adopte l'esprit Tmax avec compteur et compte-tours à aiguilles encadrant une fenêtre numérique avec montre, niveau d'essence et température moteur à segments, totalisateurs et température extérieure plus quelques voyants dont celui de révision. L'accès au réservoir de 14 litres, se fait par une trappe fermant à clé située sur le ponton central.

Moteur vigoureux

L'Evolis est doté d'un bloc 395 cm3 qui développe 23,2 kW, soit quelque 32 chevaux ; de quoi supporter les 33 kilos de plus que le 250. Démarrage vif certes, car on a privilégié une disponibilité à bas régime du couple qui s'établit à 33,9 Nm, mais sans plus. Le moteur s'exprime mieux ensuite, passé les 50 km/h et donc hors de la ville. L'Evolis se révèle alors redoutable car sa partie-cycle allie précision, stabilité et agilité.

On évolue sur un filet de gaz, et cela part sans délai dès que l'on accélère ! Cela donne vite le sourire... En revanche, on va le perdre si la chaussée est dégradée. Car si le comportement n'est pas altéré, le confort perd de sa superbe. Suspensions trop dures, selle ferme. Et que dire de la béquille qui vient frotter en courbe, cassant le beau rythme dont est capable notre Evolis.

Confort à soigner

La rigueur et la polyvalence de cet Evolis 400 fait de l'ombre au 250 car les tarifs ne sont pas très éloignés. Il est capable d'être à l'aise sur tous les terrains et son moteur se montre aussi brillant que sobre avec moins de 6 litres pour 100 km. Bien né, il ne lui manque qu'un peu de confort et quelques équipements pour être proche de la perfection.

Avis de la rédaction sur MBK Evolis 400 ABS
16.8/20
La rigueur et la polyvalence de cet Evolis 400 fait de l'ombre au 250 car les tarifs ne sont pas très éloignés (1000 €). Il est capable d'être à l'aise sur tous les terrains et son moteur se montre aussi brillant que sobre avec moins de 6 litres pour 100 km et 250 km d'autonomie. Bien né, il ne lui manque qu'un peu de confort et quelques équipements pour être proche de la perfection.
Design séduisantAgilité d'un 125Compromis ville/autorouteFreinage puissantCoffre deux intégralDuo
Béquille qui frotteAmortisseurs arrière fermesHauteur de selle
Les chiffresPrix6 499 €Puissance23,2 kW à 7500 tr/min0 à 100km/hN/CConso mixteN/C
Notes de la rédactionMoteur16/20Chassis20/20Look20/20Prix16/20Equipements12/20
 
0 commentaire - MBK Evolis 400 ABS
  • [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]