Kymco Like 125 2017
Essai
22 juillet 2017
Bmw R 1200 GS 2017
Essai
15 juillet 2017
Indian Roadmaster Euro4
Essai
08 juillet 2017
TGB Blade 600 LT EPS
Essai
01 juillet 2017
Masai Scrambler 125 E4
Essai
24 juin 2017
Yamaha Xmax 300
Essai
17 juin 2017
Honda CMX 500 Rebel
Essai
03 juin 2017
Kymco AK 550
Essai
13 mai 2017
Bmw G 310 R
Essai
06 mai 2017
Honda X-ADV
Essai
29 avril 2017

Masai Scrambler 125 E4

Masai Scrambler 125 E4

Les photos de l'essai

publié le 24 juin

Chez Masai, la nouvelle Scrambler 125 est une évocation vintage destinée aux permis B et A1. Pneus sculptés, garde-boues et poste de commande off-road, l'urbaine au super look sort des sentiers battus. La Tanzanie (pays des Maasaï) en ligne de mire ? Presque !

La gamme routière Masai 2017 prend de l'envergure. Dans la lignée des anciennes Black Rod et Dark Rod apparaissent en effet aujourd'hui deux nouvelles déclinaisons Euro4 surfant sur la vague néo-rétro, de motos produites par le constructeur chinois Hanway. Il s'agit de la Black Café 125, un Café Racer accessible et super stylé, et de la Scrambler 125 aujourd'hui à l'essai, déclinée de la même base châssis/moteur. 

Masai Scrambler 125 : un look original 

Le look de la Scrambler n'a rien à voir avec les autres néo-rétros. Ses pneus sculptés (d'origine chinoise) confèrent un style tout-terrain en parfaite adéquation avec ses petits garde-boues hauts, l'avant façon bec de canard en particulier. Sa selle courte est placée dans le prolongement du réservoir. On apprécie enfin ses jantes rayonnées aux bords noirs, ses feux ronds, sans oublier sa ligne d'échappement inox au silencieux singulier. Avec quelques fils apparents, la finition est toutefois un peu en retrait. La selle placée à 720 mm du sol est accessible à tous. Réservoir court et large guidon typé cross : le pilote adopte une posture buste droit avec les bras assez écartés. Au niveau des pieds, le sélecteur de vitesses court et avancé n'est pas facile à actionner. En position debout en mode TT, il trouve toutefois tout son sens.   

Masai Scrambler 125 : une bonne base moteur

Base de Honda CG, le mono 4T simple arbre à cames et deux soupapes est volontaire sur le premier rapport, assez court. Par la suite il ne démérite pas à mi-régime, faisant raisonner l'échappement d'un son aux tonalités plutôt graves sur le segment. À hauts régimes maintenant, il est moins agréable, à cause des vibrations, et son allonge est limitée. C'est en effet avec peine que nous sommes parvenus à atteindre les 105 km/h compteur. Avec une conso avoisinant les 3,5 l/100 km et le réservoir de 13 litres, l'autonomie dépasse les 350 km. Côté transmission, pas de lézard à signaler. Certes la boîte est basique mais chaque rapport passe bien et aucun faux point-mort n'est à déplorer. On apprécie aussi le système de freinage rigoureux de cette 125. Un peu trop de l'avant presque, dans la mesure où la Scrambler est équipée de pneus à tétines qui n'offrent pas le même grip que des enveloppes routières. En plus, Masai a opté pour un freinage couplé plutôt qu'un ABS, du coup en actionnant le frein avant il faut rester vigilant. Au pied, la répartition avant/arrière est plutôt bien faite et rassurante. Toutefois lors des évolutions hors bitume, nous aurions préféré un système classique, chose devenue impossible avec la norme Euro4.

Masai Scrambler 125 : trail urbain !

Poids plume (111 kg à sec), empattement court, bon rayon de braquage, cette 125 a des arguments pour évoluer en milieu urbain. Aussi, son premier rapport court permet de belles envolées et la position de conduite assure une maîtrise optimale de la direction. Reste qu'il faut faire attention à la largeur du guidon. Sans oublier que sa fourche est assez ouverte et que sa roue avant de 18 pouces n'est pas des plus appropriées pour virevolter dans le trafic ou dans les petites rues de la cité. D'autant plus que les pneumatiques sculptés ne rassurent pas sur le bitume. On apprécie sa béquille centrale facile à actionner, dans la mesure où cette moto est franchement légère. L'accessoire est pratique pour graisser sa chaîne comme la retendre, d'ailleurs pour cela notez que les vis de réglages excentrées sont très accessibles. Pas d'espace de rangement sous la selle (inamovible !), en revanche on trouve une trousse à outils bien cachée derrière un capot côté gauche, placée sous la plaque estampillée Scrambler. 

Masai Scrambler 125 : sur routes, ou sur les chemins !

Sur du plus roulant, cette Scrambler assure une tenue de route convenable. Son système de suspensions plutôt ferme, en particulier de l'arrière, est le garant de son maintien de cap sur l'angle. Mais ici aussi les pneus sculptés n'inspirent pas à évoluer sur leurs épaules. On prend donc les virolos à la cool et l'on profite du caractère progressif du train avant. Avec une vitesse maxi enregistrée à 105 km/h compteur, il faut privilégier le réseau secondaire plutôt que les voies très rapides. D'ailleurs, le manque de protection n'incite pas vraiment à s'y aventurer. Sur terrains meubles maintenant cette Scrambler ne manque pas d'arguments. Là, ses gommes YuanXing offrent un super grip dans la caillasse ou la boue. Et comme on peut facilement adopter une position debout sur la machine, on se prend vite au jeu de l'enduro. Certes, pas de quoi s'inscrire au Dakar avec, ses suspensions un peu sèches comme l'absence de sabot moteur l'interdisent. Mais pour couper à travers champs, cette petite moto est franchement rigolote.

Masai Scrambler 125 : l'assurance de ne pas passer inaperçu !

Aucun doute avec cette Masai ! Elle fait inévitablement tourner les têtes grâce à son look singulier, dans l'esprit des petites cylindrées off road d'antan. Pour cela nous respectons le choix du constructeur quant à la nature de ses pneumatiques, toutefois sur le bitume, c'est-à-dire là où cette 125 évoluera 95 % du temps, ils ne sont guère rassurants. Ok, des pneus ça se change, mais à 2 490 € la Masai Scrambler, dommage que le client n'ait pas un autre choix au moment de l'achat.

Avis de la rédaction sur Masai Scrambler 125 E4
12.8/20
Aucun doute avec cette Masai ! Elle fait inévitablement tourner les têtes grâce à son look singulier, dans l'esprit des petites cylindrées off road d'antan. Pour cela nous respectons le choix du constructeur quant à la nature de ses pneumatiques, toutefois sur le bitume, c'est-à-dire là où cette 125 évoluera 95 % du temps, ils ne sont guère rassurants. Ok, des pneus ça se change, mais à 2 490 € la Masai Scrambler, dommage que le client n'ait pas un autre choix au moment de l'achat.
LookPot originalPosition de conduiteCompteurGrip des pneus en mode TT
Pavés et bruit des pneus TT sur routeAllonge moteur
Les chiffresPrix2 490 €Puissance7,9 kW à 8000 tr/min0 à 100km/hN/CConso mixteN/C
Notes de la rédactionMoteur12/20Chassis12/20Look20/20Prix12/20Equipements8/20
 
21 commentaires - Masai Scrambler 125 E4
  • noircam2017 -

    Les GS ont encore une longue vie devant elles quand ont voit de telles ''enclumes'' essoufflées sur la route. Lol

  • Cairn -

    c'est un diesel ????

  • LEON76 -

    Une petite SUV de la moto !

  • Rod44 -

    une moto chinoise, pas chère, pneus chinois donc à l'avenant ! et question fiabilité, on sera très loin des ancien 125 4 temps japonais. Bref rien de nouveau, juste un pale copie de ce qui se fait depuis 40 ans déjà ! une 125 XLS ou un 125 DTMX a une autre gueule !

    spider59 -

    En plus pour mémoire une DTMX est dotée d'un moteur 2 temps qui envoi un peu plus q'un pauvre 4T. Finit la belle époque où une 125 2 temps donnait sans problème 25 cv. Ces puissances de 10 cv, c'est insuffisant pour la sécurité.

    Rod44 -

    Oui Spider ! tout à fait juste, le manque de puissnace est un réel danger sur route ! impossible de doubler ou de sortir de certaines situations critiques.

  • figaro1 -

    10cv réels c'est peu mais la consommation de carburant doit être en rapport. Beau look!
    Pour ce prix là il y a encore de belles occases sur coin coin

  • [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]