Honda CB 1100 RS Euro4
Essai
18 novembre 2017
Triumph Street Triple 765 S
Essai
11 novembre 2017
MagPower Bombers
Essai
04 novembre 2017
KTM Duke 390 2017 Euro 4
Essai
28 octobre 2017
Ducati Monster 797
Essai
21 octobre 2017
Bmw K 1600 GT 2017
Essai
30 septembre 2017
NIU N1S Civic
Essai
23 septembre 2017
Benelli TRK 502
Essai
16 septembre 2017
Bullit Hero
Essai
09 septembre 2017
Harley-Davidson Street Rod 750
Essai
02 septembre 2017

KTM Duke 390 2017 Euro 4

KTM Duke 390 2017 Euro 4

Les photos de l'essai

publié le 28 octobre

La Duke 390 propose un rapport poids/puissance avantageux. Moto à la plastique de rêve, elle est revue cette année et devient directement accessible aux détenteurs du permis A2, sans rien perdre de son pur jus. Besoin d'une cure de vitamine C ? Lisez vite cet essai !

Avec le redéfinition des lignes de son réservoir (qui gagne 2,4 litres) et de sa partie arrière, cette nouvelle 390 taillée à la serpe est irrésistible en statique, malgré quelques soucis d'intégration de la nouvelle planche de bord. Et quel feu avant ! Découvert sur la 125, ce nouveau faciès confère une personnalité sportive et moderne à la Duchesse. Enfin on apprécie la teinte de notre monture de test, employant le traditionnel orange autrichien au niveau du cadre treillis, avec de nombreuses pièces noires, et blanches. Just beautiful !

Une moyenne pas pour les grands !

Comme la 125, la 390 Duke est une petite moto sur laquelle le pilote essayeur de 1,83 m se sent un peu à l'étroit. Pas de possibilité de recul sur la selle, cuisses écartées par la largeur du réservoir, jambes repliées sur les reposes-pieds hauts et reculés, heureusement que la position de conduite typée supermotard préserve le haut du corps ! Car le guidon est large et sensiblement basculé vers le pilote, ce qui permet de se maintenir buste droit, alors que les bras sont idéalement écartés. La selle est perchée à 830 mm du sol, mais que les plus petits d'entre nous se rassurent : son échancrure est bien faite pour que la plupart des pilotes disposent de bons appuis. Elle fait preuve de fermeté. Pour autant la 390 propose une bonne progressivité de l'arrière grâce à la capacité d'absorption de son amortisseur, dont le réglage d'origine en précontrainte offre une grande souplesse.

44 chevaux sous le capot !

Malgré sa dépollution liée à Euro4, KTM tire toujours 44 chevaux de ce monocylindre. Mieux encore, grâce au re-paramètrage de l'injection prenant en compte le nouvel échappement et quelques remaniements internes, la valeur maximale de couple s'enrichit de 2 Nm. Singulier, ce moteur n'apprécie guère qu'on le sollicite sous les 4000 tr/min, mais fait ensuite étalage d'une superbe pèche qui ne s'estompe qu'à l'approche des 8 000 tr/min. Avec un réveil assez vif si on le souhaite, ce qui favorise les levées de la roue avant, sans qu'il soit nécessaire de vraiment jouer de la transmission. On apprécie aussi le frein moteur assez présent. Notez que ce mono vibre tout le temps, mais ses pulsations (propres à son architecture) sont néanmoins bien contenues. Et jamais dérangeantes, bien au contraire, puisqu'elles participent à l'ambiance (orange) mécanique. Ce tempérament vigoureux se paie toutefois au passage à la pompe : avec 4,9 l/100 km la conso moyenne nous paraît élevée pour une 400. L'étagement de boîte s'avère judicieux pour cette moyenne cylindrée : les rapports inférieurs plutôt courts confèrent du tonus à la Duke, alors que ses vitesses supérieures longues permettent de ménager l'allonge.

Duchesse de la route !

Qu'est ce qu'elle est facile en ville ! Grace à son rayon de braquage raisonnable, mais surtout son poids des plus légers et son équilibre, manœuvrer la Duke 390 à basse vitesse ou à l'arrêt ne requiert aucune difficulté, un constat identique à la 125. On est franchement fan de son aisance à virevolter dans le circulation. Attention toutefois, son guidon large constitue le seul point délicat au niveau de sa prise en mains. Si vous ne disposez pas des protège-leviers pour limiter les dégats (telle notre monture de test), gare aux rétros des voitures ! Les petites routes gavées de virages constituent son terrain de jeu favori, car le 390 Duke est une mini-sportive déshabillée. Cette A2 naturelle se distingue par son envie de plonger à la corde à chaque mise sur l'angle. Elle est précise et facile à placer, très agile et rigoureuse en courbe. L'allonge de la 390 est telle que l'on peut doubler aisément sur voies rapides, sans abuser du sélecteur. Mais cette Duke est un roadster on ne peut plus naked qui ne protège pas du tout les parties hautes du corps.

Orange sous surveillance !

Son freinage est musclé. Et il l'est encore plus sur notre orangette de test équipée d'une référence Galfer disponible au catalogue Power Parts autrichien. Attaque, mordant, feeling au levier, l'étrier radial 4 pistons ByBre (du Brembo low cost) ne déçoit pas. Et derrière, l'accessibilité de la pédale de frein confère un bon ressenti du système. Ainsi pourvue Miss 390 conserve un maintien parfait en ligne sur les phases appuyées. Et elle ne se relève pas sur l'angle. Le top pour une conduite sportive ! Entre les mains d'un motard expérimenté, l'ABS apparaît sensible sur cette « petite » moto qui s'exploite assez facilement aux limites, il faut bien l'admettre. Ceci explique très certainement cela, ou alors ce sont les pneumatiques Metzeler M5 qu'il faut remettre en question, l'arrière en particulier.

KTM 390 Duke E4 2017: le Graal des permis A2

Quel pied cette 390 Duke ! Comme les motos du segment 250/300 elle propose la légèreté et la compacité des petits roadsters 125, toutefois son monocylindre de 32 kW (44 chevaux) se révèle beaucoup plus performant. Un argument pour les permis A2 qui n'auront pas non plus besoin de passer par un kit spécial pour piloter cette 390. Bref, tous les curseurs sont au vert pour cette Orange qui cultive son originalité, dans la mesure où sa seule concurrente potentielle, la Honda CB500F, est certes plus polyvalente, mais assurément moins joueuse !

Avis de la rédaction sur KTM Duke 390 2017 Euro 4
17.6/20
Quel pied cette 390 Duke ! Comme les motos du segment 250/300 elle propose la légèreté et la compacité des petits roadsters 125, toutefois son monocylindre de 32 kW (44 chevaux) se révèle beaucoup plus performant. Aussi légère mais beaucoup plus velue, la 690 Duke (qui développe 54 kW/74 chevaux) lui fait de l'ombre dans la gamme KTM, mais à 7 995 € elle s'aborde 2 405 € de plus que la 390 vendue 5 590 €. Un argument de plus pour les permis A2 qui n'auront pas non plus besoin de passer par un kit spécial pour piloter cette 390, ce qui n'est pas le cas de la 690. Bref, tous les curseurs sont au vert pour cette Orange qui cultive son originalité, dans la mesure où sa seule concurrente potentielle, la Honda CB500F, est certes plus polyvalente, mais assurément moins joueuse !
Look et fabricationPrise en mainsCaractère moteurInstrumentationMode de freinage Supermotard
Jambes trop pliéesAccord des suspensionsConso élevée
Les chiffresPrix5 590 €Puissance32 kW à 9 000 tr/min0 à 100km/hN/CConso mixteN/C
Notes de la rédactionMoteur16/20Chassis20/20Look20/20Prix16/20Equipements16/20
 
2 commentaires - KTM Duke 390 2017 Euro 4
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]