KTM 1090 Adventure 2017
Essai
25 mars 2017
Peugeot Metropolis II
Essai
18 mars 2017
Kawasaki Z900
Essai
11 mars 2017
Triumph Bonneville Bobber
Essai
04 mars 2017
Yamaha MT-09 Euro4
Essai
25 février 2017
Honda Forza 125 2017
Essai
18 février 2017
Ducati Multistrada 950
Essai
04 février 2017
Keeway Zahara 125
Essai
21 janvier 2017
Kawasaki Z 650
Essai
14 janvier 2017
Ducati Scrambler Sixty2
Essai
07 janvier 2017
Yamaha MT-10
Essai
31 décembre 2016

Keeway Zahara 125

Keeway Zahara 125

Les photos de l'essai

publié le 21 janvier

Le Keeway Zahara est un nouveau scooter néo-rétro au gabarit très accessible, disponible en 125 cm3 et en 50 cm3. Il se distingue par ses lignes originales, son poids plume et son plancher plat, mais aussi par un tarif serré pour rouler sans se ruiner.

Après le Cityblade façon Honda PCX et le grandes roues Logik en 2015, la gamme scooters de Keeway s'étoffe avec le Zahara, modèle néo-rétro dans l'air du temps. Les plastiques et leur assemblage sont propres, et plusieurs détails relèvent la ligne, comme le liseré de selle, le feu de position à leds soulignant le regard à l'avant ou le joli motif du feu stop à l'arrière. Les commandes au guidon sont minimalistes mais nettes, et il n'y a guère que le tableau de bord un peu daté pour rappeler que l'on est sur un scooter premier prix. Les infos se résument aux compteur de vitesse et jauge de réservoir analogiques, un totalisateur, les témoins de clignotants et de plein phare, et basta !

Trop facile !

On pourra difficilement trouver plus facile à prendre en main que le Zahara, ce que tous les débutants et petits gabarits apprécieront. Selle à 725 mm, poids de 110 kg : l'accès à bord et les manœuvres sont un jeu d'enfant. La position de conduite est naturelle, le guidon n'est pas trop bas donc le dos reste droit et l'espace à bord est suffisant. Les plus grands se sentiront peut-être un peu à l'étroit, mais le plancher plat offre un bel espace pour les pieds. Les selles pilote comme passager ne sont pas ridicules non plus, et bien moelleuses. L'invité dispose par ailleurs de repose-pieds escamotables et de poignées de maintien, ces dernières servant aussi de point d'appui pour déployer la béquille centrale, le Zahara offrant aussi une béquille latérale à coupe-circuit. Moins pratique en revanche, le coffre, qui s'ouvre au contacteur à volet anti-effraction, n'accepte qu'un demi-jet sans écran. Un top-case fixé au porte-paquet d'origine sera donc bien utile en complément du plancher plat sur lequel on peut déposer un gros sac que l'on assure au crochet au tablier.

Un moteur méritant

Refroidi par air, à culasse 2 soupapes, le monocylindre à carburateur développe 6,3 kW (8,5 ch) à 7500 tr/min et 8,3 Nm à 6500 tr/min. Des valeurs modestes mais tout à fait suffisantes pour le poids léger et l'usage urbain du scooter. Réactif au démarrage, il conserve sa bonne volonté de façon linéaire jusqu'à atteindre 100 compteur, offrant des reprises correctes à mi-régime et tractant vaillamment pilote et passager en duo. En plus, il est peu bruyant et aucune vibration parasite n'est à déplorer. Plutôt pas mal pour ce prix ! Nous n'avons pas pu calculer la consommation lors de cet essai, mais on peut l'estimer à environ 3,5 l/100 km, pour une autonomie de 200 km avec les 7 l du réservoir (bouchon d'essence sous selle).

Agile et stable

Agile comme une anguille dans les embouteillages, avec un rayon  de braquage très court facilitant les demi-tours, le Zahara reste stable grâce à ses jantes de 12 pouces. Son unique amortisseur offre un confort honorable, mais manque un peu de retenue pour un effet « rebondissant » sur les grosses contraintes. La fourche quant à elle encaisse les pavés sans retour désagréable. Un comportement sain et rassurant cohérent par rapport aux performances du scooter et à son usage. Le freinage aurait pu offrir un peu plus de puissance et de feeling : il faut tirer fort sur les leviers (très écartés d'ailleurs) pour obtenir un bon ralentissement, encore un peu plus sur le disque avant qu'au tambour arrière. On anticipe donc en associant les deux, puisque le freinage couplé, obligatoire à partir de 2017 avec Euro4, n'est pas encore de la partie.

Pour 1599 € en 125 et 1399 € en 50, voici les moins cher des néo-rétros éco ! On peut difficilement demander plus aux petits Keeway Zahara : jolis, efficaces et faciles à vivre, ils ne demandent qu'un top case pour être presque parfaits.

Avis de la rédaction sur Keeway Zahara 125
16.8/20
Pour 1599 €, voici le moins cher des néo-rétros éco ! Le Sym Fiddle au gabarit plus imposant vaut 1949 €, et le Kymco Like 1699 €. On peut difficilement demander plus au petit Keeway Zahara : joli, efficace et agréable, il ne demande qu'un top case pour être presque parfait, ce qui vaut aussi pour sa version 50 cm3 2-temps. Le modèle confirme en tout cas les progrès fait par Keeway, marque importée en France par la Dip qui garantit tous les modèles 2 ans pièces et main d'œuvre et qui dispose d'un solide réseau de concessionnaires assurant le SAV.
Moteur vif et agréablePlancher platLigne modeRepose-pieds escamotablesPrix
Freinage timidePetit coffre
Les chiffresPrix1 599 €Puissance6,3 kW à 7500 tr/min0 à 100km/hN/CConso mixteN/C
Notes de la rédactionMoteur16/20Chassis12/20Look20/20Prix20/20Equipements16/20
 
4 commentaires - Keeway Zahara 125
  • [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]