Benelli TRK 502
Essai
16 septembre 2017
Bullit Hero
Essai
09 septembre 2017
Harley-Davidson Street Rod 750
Essai
02 septembre 2017
Honda SH 125i Euro4
Essai
19 août 2017
Yamaha MT-10 2017 Euro 4
Essai
12 août 2017
Kawasaki Versys-X 300
Essai
29 juillet 2017
Kymco Like 125 2017
Essai
22 juillet 2017
Bmw R 1200 GS 2017
Essai
15 juillet 2017
Indian Roadmaster Euro4
Essai
08 juillet 2017
TGB Blade 600 LT EPS
Essai
01 juillet 2017
Masai Scrambler 125 E4
Essai
24 juin 2017

Indian Roadmaster Euro4

Indian Roadmaster Euro4

Les photos de l'essai

publié le 8 juillet

Pour 2017, Indian ne s'est pas contenté de faire passer sa Roadmaster aux normes Euro4, elle l'a fait bondir dans le 21e siècle en la dotant d'un système d'infotainment GPS de 200 W baptisé Ride Command.  

Les connaisseurs le savent bien, Indian Motorcycle participe au mythe de la moto américaine pratiquement au même titre que le leader Harley Davidson et ce malgré une interruption de plus de 60 ans. Filiale du groupe Polaris depuis 2011, la marque appréciée des esthètes est de retour sur les routes depuis juillet 2014 avec des modèles très premium.

Le souci du détail

S'installer sur une Indian est déjà une émotion en soi. Indian a une histoire et le constructeur la revendique. La Roadmaster reprend les garde-boue à longues jupes apparus pour la première fois dans les années 40. Impossible de la confondre avec une autre. Mais au cas où, la marque Indian, ou la tête d'amérindien, sont omniprésentes : sur le guidon, sur la selle, façonnée dans cuir haut de gamme, sur les carters moteurs, les garde-boues, le tableau de bord et autres. On sent qu'Indian apporte un soin particulier au design, aux détails et à la finition. Qu'on aime ou pas ce type de moto, on ne peut que reconnaitre le travail effectué par la marque.

L'équipement est pléthorique

Evidemment, la Roadmaster, c'est le flagship d'Indian, sa vitrine. C'est donc la moto la mieux équipée de la gamme : phares à led Pathfinder, pare-brise électrique réglable depuis le comodo gauche, poignées chauffantes à 10 niveaux réglables depuis un bouton placé sur le réservoir, selles chauffantes réglables indépendamment l'une de l'autre, 163 litres de chargement dans son top-case, ses valises latérales et autres vide-poches, deux prises USB. Et surtout un système infotainement qui regroupe l'ordinateur de bord, le GPS et le multimédia de 200 Watts gérable depuis l'écran tactile de 7 pouces qui prend place au centre du tableau de bord ou depuis le comodo gauche. 200 W de haut parleur permettent de profiter pleinement de sa musique ou de la radio en roulant. L'écran de 18 cm de diagonale tactile (avec ou sans gants) permet de naviguer dans les menus, de suivre la carte du GPS ou de prendre connaissance de l'ensemble des infos recueillies par l'ordinateur de bord et le bluetooth peut permettre de connecter jusqu'à 7 appareils (smartphone ou intercom) en même temps. S'il faut un certain temps d'adaptation, notamment pour rentrer une adresse dans le GPS, nul doute que ce système devrait être apprécié des gros rouleurs.

Le confort est au rendez-vous

C'est ce que l'on est en droit d'attendre d'un vaisseau amiral tel que l'Indian Roadmaster mais effectivement, c'est confort. Bien calé dans sa selle bien dessinée et moelleuse sans pour autant ressembler à un pouf, on peut choisir une position tonique ou plus détendue. Ce qui saute au yeux d'emblée, c'est la largeur du guidon et le bon rayon de braquage qui rende cette longue et lourde (428 kilos tout pleins faits) moto étonnement maniable. Voilà qui tombe plutôt bien car avec Mais avec son Thunder Stroke 111, un bicylindre en V refroidi par air de 1811 cm, son couple dantesque de 138,9 Nm à 2.100 tr.mn et sa puissance d'environ 74 ch à 5.400 tr/mn, on peut être tenté de tourner copieusement la poignée des gaz lorsque la route le permet. D'autant que l'amortissement confié à l'avant à une fourche de 46 mm de diamètre et 119 mm de débattement et à l'arrière, à un mono amortisseur Fox à réglage pneumatique doté de 114 mm de débattement, met en confiance à peut près autant que le freinage ABS : un double disque flottant de 300 mm de diamètre étriers 4 piston et à l'arrière à un simple disque flottant de 300 mm étrier 2 piston.

On est pas sur un supermotard

Il ne faudra tout de même pas oublier qu'on ne circule pas sur un engin de 200 kg à l'approche de  petits virages. Le freinage a beau convaincre et s'avérer relativement endurant, rouler avec un engin de plus de 400 kilos réclame quand même un minimum de vigilance si l'on ne veut pas tirer tout droit. Mais pour peu que l'on soit soigneux sur ses freinages, elle ne refuse pas de prendre de angle et de tourner assez court. Et puis avec un couple pareil, on n'est pas obligé de rétrograder sans cesse, ce qui permet d'adopter une conduite coulée très agréable sur ce type de machine.

A moto exceptionnelle, tarif exceptionnel

Comme pour toutes les machines d'exception, le tarif de la Roadmaster est très important : Indian en réclame 30.400 €. Il faut toutefois replacer ce prix dans son contexte et le comparer à ses concurrentes : une Harley Davidson Ultra Limited est affichée au prix de  29.910 € et une Honda Goldwing à 30.699 €. La Roadmaster n'est donc pas en dehors des clous.

Avis de la rédaction sur Indian Roadmaster Euro4
14.4/20
On ne peut pas dire qu'elle est accessible à toutes les bourses. C'est vrai que 30.400 €, c'est une somme mais une Honda Goldwing, c'est 30.699 €, une Harley Davidson Ultra Limited, 29.910 €. Elle est donc dans la moyenne de la catégorie, on en voit moins que les autres et on ne peut qu'être subjugué par les détails, la finition et la qualité perçue de cette Roadmaster. Cela justifie bien un tarif à la hauteur de ces concurrentes plus connues.
ConfortFinitionQualité des matériauxContenance de la bagagerie
Pneu Dunlop Elite trop durs !Chaleur dégagée par le collecteur
Les chiffresPrix30 400 €Puissance54,5 kW à 5400 tr/min0 à 100km/hN/CConso mixteN/C
Notes de la rédactionMoteur16/20Chassis12/20Look16/20Prix12/20Equipements16/20
 
11 commentaires - Indian Roadmaster Euro4
  • avatar
    pseudopseudo -

    Comme les grosses Harley, ces engins tiennent toute la route, et encore à pas plus de 80km/h, avec leur châssis flou et leurs pneus "trop durs"! Faut choisir entre moto et frime désuète à poignées chauffantes à 10 niveaux.

  • avatar
    maya84 -

    Pour ce prix là vous avez un Massey Fergusson, qui accélère pareil, freine mieux, et peux vous servir dans votre jardin !

  • avatar
    Gabuzo06 -

    Sur Leboncoin, on trouve des INDIAN de 2017 aussitôt achetées aussitôt remises en vente ...... le poids
    de ces machines les rend uniquement accessibles aux gros costauds de 1,85 m minimum !!!

  • avatar
    goldwing18 -

    je ne remplacerais pas ma goldwing qui peu traverser la France sans avoir à allez chez le kiné. Mais je réserve un essai de cette magnifique Indian, j'espère que monsieur Pullman à inspiré les ingénieurs,

  • avatar
    sont-fous-c-gaulois -

    moi ce qui me déplait chez Indian c'est leur tête de cylindre "granité" on a l'impression que c'est pas fini.
    de plus les accessoires sont deux fois plus cher que chez Harley, enfin... les quelques accessoires qu'on trouve

  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]