NIU N1S Civic
Essai
23 septembre 2017
Benelli TRK 502
Essai
16 septembre 2017
Bullit Hero
Essai
09 septembre 2017
Harley-Davidson Street Rod 750
Essai
02 septembre 2017
Honda SH 125i Euro4
Essai
19 août 2017
Yamaha MT-10 2017 Euro 4
Essai
12 août 2017
Kawasaki Versys-X 300
Essai
29 juillet 2017
Kymco Like 125 2017
Essai
22 juillet 2017
Bmw R 1200 GS 2017
Essai
15 juillet 2017
Indian Roadmaster Euro4
Essai
08 juillet 2017
TGB Blade 600 LT EPS
Essai
01 juillet 2017

Honda Vultus

Honda Vultus

Les photos de l'essai
Honda Vultus
66
Diaporama

publié le 20 décembre

Tout droit sortie de l'imagination nourrie aux mangas des ingénieurs Honda, l'extravagante NM4 Vultus n'est pas un pur concept mais bel et bien une moto destinée à rouler. Après la DN-01, le constructeur ailé nous refait le coup du custom de l'espace, mi-scooter, mi-moto, avec sa boîte DCT couplée au bicylindre 750 cm3 des NC et Integra.

Visage pale ?

L'étonnante Honda Vultus est arrivée dans les concessions au mois de juin 2014 au tarif de 11 599 €. Pour l'essai de cette moto au visage (« vultus » en latin signifie « visage, mine ») hors du commun, nous nous sommes pris au jeu, et avons revêtu l'équipement que la circonstance exigeait, certes peu orthodoxe, à l'image de la vidéo que nous avons réalisée. Prêts pour une virée avec Cat Woman ?Esthétiquement, c'est excentrique. Face en pointe qui s'élargit à la façon d'une aile de chauve-souris, poupe filante, tableau de bord rétro-éclairé par 25 coloris au choix, coloris noir mat relevé de touches brillantes...

Ras les pâquerettes...

Moins original, la Vultus reprend peu ou prou le châssis de la CTX 700. L'espace à bord conviendra parfaitement aux gabarits d'1,60 à 1,80 m, les plus grands s'y sentiront à l'étroit. Avec ses 650 mm de hauteur d'assise, la Vultus accueille en revanche volontiers les plus petits ! En tout cas, la large et moelleuse selle ménage un confort appréciable, et filtre bien les petites ruades de l'amortisseur au faible débattement. Les aspects pratiques n'ont pas été sacrifiés sur l'autel du style, puisque les « ailes » recèlent vide-poches dont l'un ferme à clé et que sous le rétroviseur gauche se cache un frein de parking.La prise en mains ne pose pas de souci, le large guidon favorise la maniabilité qui se voit tout de même pénalisée par la jante avant de 18 pouces et le gros pneu arrière de 200 mm. Au moins votre vaisseau ne bouge-t-il plus une fois posé sur sa trajectoire. Elle préfère de loin un pilotage coulé : une longue fourche standard plutôt molle et des freins tout en progressivité hérités aussi de la série NC n'incitent pas à la brusquer (ABS de série bien sûr).

DCT de l'espace

Pas plus original que la base châssis, le moteur nous est déjà bien connu puisqu'il s'agit du bicylindre 750 cm3 à 270 ° des NC et Integra 2014, évolution du 700 sorti en 2012. Développant une puissance et un couple maxi de 40 kW à 6250 tr/min et 68 Nm à 4750 tr/min, il est conçu pour donner le meilleur à bas et mi-régime, ce qu'il fait d'autant mieux qu'il est couplé à l'excellente transmission à double embrayage DCT (Dual Clutch Transmission) dans sa troisième et dernière version. Ce système offre l'avantage du choix entre le passage des vitesses automatiques selon deux modes (Sport ou Drive) et un troisième mode manuel où l'on monte et descend les rapports grâce à deux gâchettes au guidon gauche. De plus, même en mode automatique, il est possible d'intervenir à tout moment, le système reprenant la main après votre intervention. Ce DCT de 3è génération brille par sa réactivité et sa souplesse d'utilisation. Ce moteur, loin d'être démonstratif, n'en est pas moins agréable et efficace, et finalement convient bien à la Vultus, même si l'on aurait pu espérer autant d'originalité à l'intérieur qu'à l'extérieur. La boîte DCT colle aussi parfaitement au concept : pas question de passer des vitesses au levier sur une moto spatiale !

Moto pour super héros du quotidien

On aurait bien aimé que Honda aille au bout de ce projet et offre à cette esthétique sulfureuse un moteur et des solutions techniques plus originaux. Mais quel aurait été son tarif ? Déjà, 11 599 €, cela peut paraître beaucoup si l'on tient compte du tarif des CTX 700 ou NC 750, même si l'emballage est extraordinaire. Mais si il ne fallait qu'une raison pour justifier la production de la Vultus telle qu'elle est, ce serait qu'elle permet à tout un chacun rêver sa vie et de se prendre pour un super héros à son guidon. C'est ainsi que nous aimons les motos, n'est-ce pas ?

Avis de la rédaction sur Honda Vultus
16/20
On aurait bien aimé que Honda aille au bout de ce projet et offre à cette esthétique sulfureuse un moteur et des solutions techniques plus originaux. Mais quel aurait été son tarif ? Déjà, 11 599 €, cela peut paraître beaucoup si l'on tient compte du tarif des CTX 700 ou NC 750, même si l'emballage est extraordinaire. Mais si il ne fallait qu'une raison pour justifier la production de la Vultus telle qu'elle est, ce serait qu'elle permet à tout un chacun rêver sa vie et de se prendre pour un super héros à son guidon. C'est ainsi que nous aimons les motos, n'est-ce pas ?
Look hors du communBoîte DCTABS de sérieAgrément généralConfort piloteRangementsTableau de bord original
Trop décalé ?Moteur un peu fade ?Maniabilité à basse vitesseBeaucoup de plastiquePrix
Les chiffresPrix11 599 €Puissance40,3 kW à 6250 tr/min0 à 100km/hN/CConso mixteN/C
Notes de la rédactionMoteur16/20Chassis16/20Look20/20Prix12/20Equipements16/20
 
1 commentaire - Honda Vultus
  • avatar
    thib27 -

    Salut à tous.
    C'est pas quelle est moche mais très moche. Ok pour les cours en pattes comme pas mal de femmes. Assise type fauteuil peut être intéressante pour les lombaires. A voir.
    Thib 27

  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]