Yamaha Xmax 300
Essai
17 juin 2017
Honda CMX 500 Rebel
Essai
03 juin 2017
Kymco AK 550
Essai
13 mai 2017
Bmw G 310 R
Essai
06 mai 2017
Honda X-ADV
Essai
29 avril 2017
Mondial Hps 125
Essai
22 avril 2017
Yamaha TMAX 530 DX Euro4
Essai
15 avril 2017
MagPower R-Stunt 50
Essai
08 avril 2017
Suzuki GSX-S 750
Essai
02 avril 2017
KTM 1090 Adventure 2017
Essai
25 mars 2017

Ducati Scrambler Sixty2

Ducati Scrambler Sixty2

Les photos de l'essai

publié le 7 janvier

Et pourquoi Sixty2 tout d'abord ? Parce que c'est en 1962 qu'est né le Scrambler Ducati originel bien sûr ! Le 400 hérite donc d'un surplus de légitimité... Une suite logique d'un point de vue marketing puisque le Scrambler a plus que largement contribué à la progression des ventes de la marque dans le monde et en France, où Ducati, avec 1509 Scrambler 800 vendus en 2015, affichait + 21,6 %. A fin mars 2016, le Sixty2 sorti en janvier comptait 64 immatriculations (comptez quelques démos concessionnaires), et le 800, 193. Nous en saurons plus dans quelques mois sur le succès du 400, dont les ventes seront peut-être stimulées par l'arrivée du permis A2 pour tous ?

Le jeu des différences Au chapitre des différences avec le 800, le Scrambler SIxty 2 la joue moins luxe et se voit doté d'une fourche Showa standard au lieu d'une Kayaba inversée, d'un bras oscillant en acier au lieu de l'alu, d'une ligne d'échappement 2 en 1 plus simple avec silencieux noir, d'un étrier de frein avant à deux pistons au lieu de 4, d'un empattement plus long de 15 mm, et d'un pneu arrière en 160 mm de large au lieu de 180. Toute mouillée, avec le même cadre treillis tubulaire, et à peine 1 litre de plus embarqué dans le réservoir (14 l), la Sixty2 pèse 183 kg, seulement 3 de moins que le 800 et la prise USB sous la selle a disparu. Les pneus Pirelli MT 60 sont toujours là, avec leurs sculptures à crampons qui assurent sur le sec mais dont on se méfie sur le mouillé. Enfin, son réservoir a perdu ses flancs interchangeables pour une simple déco peinte, avec 4 étoiles pour 400 cm3, et elle propose deux coloris spécifiques en plus du noir, un orange et un bleu ciel.

Le bras long L'instrumentation est identique, avec un simple cadran LCD avec vitesse et compte-tours, 2 trips partiels, température extérieure, décompte kilométrique sur la réserve, horloge, infos que l'on fait défiler à main gauche. Mais l'ABS n'est pas déconnectable, à la différence du 800. Comme sur ce dernier en revanche, l'ergot de la béquille latérale n'est pas des plus simples à trouver avec le talon : ça peut énerver. La hauteur de selle de 790 mm reste accessible aux petits car l'assise n'est pas bien large, mais une selle basse à 770 mm ou haute à 810 mm sont disponibles en option. L'ergonomie est la même que sur le Scrambler 800, offrant une position détendue mais des bras très écartés par le large guidon (et que les leviers sont lointains, même celui du frein réglé au plus court !). La maniabilité y gagne, sur route et en manœuvres (en plus ça braque bien), mais attention en ville lors des remontées de file !

Faites réduire en sauce courte Enfin, bien sûr, le bicylindre en L refroidi par air a été coupé en deux à la racine, de 803 à 399 cm3, par réduction des cotes d'alésage et de course de 88 x 86 mm à 72 x 49 mm. Il affiche une puissance de 41 ch à 8750 tr/mn et un couple de 34 Nm à 7750 tr/mn. Pas très souple, tirant plutôt court, il aime bien être cravaché si l'on veut aller bon train. Et du coup on use bien le bout de sa botte gauche, en décomposant bien pour verrouiller les rapports correctement, et constatant au passage quelques faux points morts. Forcément, il n'a pas la gouache du 800, qui nous avait pour sa part semblé un peu trop brutal sur les premiers rapports, mais au moins conviendra-t-il mieux à un usage quotidien bon enfant tout en conservant un petit caractère. A 130 km/h, en 6è, le compte-tours affiche environ 8000 tr/min, il en reste un petit peu pour atteindre 140 km/h, vitesse à laquelle on ne reste pas bien longtemps de toutes façons. On aime bien l'exploiter à partir de 4000 mais surtout 6000 tr/min, où il s'exprime de façon un peu plus rocailleuse et où l'on en tire le meilleur. Pour la conso, il faudra la vérifier lors d'un autre essai un peu plus long.

Partie cycle plus basique En tout cas, ces performances moteur sont adaptées à la partie cycle plus « basique » du Sixty2. La fourche standard plonge certes gaillardement au freinage et encaisse moins bien les changements d'angle rapides, mais c'est finalement suffisant. Les 2 pistons des étriers mordent le disque avant avec progressivité, toutefois le feeling n'est pas des plus fins et l'on aura pris soin d'utiliser la pédale de l'arrière pour asseoir la moto et éviter d'avoir à trop en rajouter à l'avant pour limiter le transfert de masse. Si l'ensemble est moins rigoureux, cela ne nuit pas à la tenue de route compte tenu des performances moteur et préserve en tout cas le confort. Ceci dit pour un usage routier, car pour ceux qui veulent « scrambleriser » sur les chemins, cela sera peut-être, tout compte fait, plus adapté. Quoique là, impossible de faire taire l'ABS (chatouilleux à l'arrière)...

Avis de la rédaction sur Ducati Scrambler Sixty2
12.8/20
Pour sûr, quand on a goûté au 800, le 400 peut paraître fade niveau moteur, pourtant, on trouve du charme à cette Sixty2, qui est peut-être colle mieux à la philosophie scrambler originelle, et aussi à celle développée par le marketing Ducati pour la naissance du premier : une moto essentielle et accessible à tous. Enfin, quand on peut y mettre le prix, car à 7 990 €, le rapport euros/cm3 est sacrément élevé, surtout si l'on prend en compte que le 800 peut être bridé à 35 kW pour les "jeunes permis"....
AccessibleLook modeMoteur exploitableComportement sainAmusante
Prix !Leviers trop écartésBéquille latérale énervanteBoîte peu précisePoids un peu élevé
Les chiffresPrix7 990 €Puissance30 kW kW à 8750 tr/min0 à 100km/hN/CConso mixteN/C
Notes de la rédactionMoteur12/20Chassis16/20Look16/20Prix8/20Equipements12/20
 
6 commentaires - Ducati Scrambler Sixty2
  • Gabuzo06 -

    Moi, j'aimerais une Scrambler Ducati en 250 cc, et avec un look plus dans la veine des années 1960' !!!

  • tmpfr -

    Beaucoup trop cher !!
    a 9500 tu as un 750 dorso duro et là je peux dire que ça pousse !!!!
    Moi j'ai eu le factory, la meilleure de mes bécanes !!

  • Sergio16 -

    tres jolie moto rétro

  • GOLDHARLEY -

    9000 EUROS POUR CE 400 . AUTANT DANS LA MEME CYLINDREE ACHETER DU CHINOIS A 3500 EUROS !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
    ET TOUT AUSSI FIABLE SI CE N' EST PAS PLUS .

  • Claudejean -

    Difficile. À dire Le Bras ocilliant cintrée c'est que l'arrière et moche ,ou vous faite tout noir , mais pas de partie brillante, le radiateur qui dépasse pas terrible ,avec un peut plus de travail de design avec de la recherche.le prix pour le même prix une 750 hd

  • [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]