Bmw K 1600 GT 2017
Essai
30 septembre 2017
NIU N1S Civic
Essai
23 septembre 2017
Benelli TRK 502
Essai
16 septembre 2017
Bullit Hero
Essai
09 septembre 2017
Harley-Davidson Street Rod 750
Essai
02 septembre 2017
Honda SH 125i Euro4
Essai
19 août 2017
Yamaha MT-10 2017 Euro 4
Essai
12 août 2017
Kawasaki Versys-X 300
Essai
29 juillet 2017
Kymco Like 125 2017
Essai
22 juillet 2017

Bmw K 1600 GT 2017

Bmw K 1600 GT 2017

Les photos de l'essai

publié le 30 septembre

C'est en 2010 que BMW a dévoilé le vaisseau amiral de sa gamme Touring : la K1600, proposée dans une version dynamique, la GT, et une autre encore plus voyageuse et luxueuse, la GTL. Haut de gamme gavé d'équipements « dernier cri », cette K16 est un « K » à part dans la production moto grâce à son moteur, un gros 6 cylindres en ligne de 1649 cm3 et 102,6 kg sur la balance ! Qui envoie du lourd le bougre : 160 chevaux et 175 Nm de couple ! Pour les amateurs de « moto-paquebot » qui ne juraient alors que par les Gold ou les Electra, et même pour les clients BMW qui voulaient passer un cap après la RT, le constructeur allemand a incontestablement produit une machine de rêve !

Passage obligé par la norme Euro4, Munich a du revoir sa copie cette année. Et de toute évidence les motoristes allemands n'ont pas chaumé pour que leur fer de lance conserve l'intégralité de ses performances. Mieux encore, l'équipe design s'est mêlée à la refonte. Du coup, la K16 2017 bénéficie d'une planche de bord re-stylisée et d'une face avant sensiblement remaniée pour renforcer la protection du pilote. Et pour son confort, les suspensions électroniques proposées de série ont été optimisées. Ajouter à cela de nouvelles belles options, comme la marche arrière ou le Shifter Pro (à la montée comme à la descente) et vous comprenez d'emblée pourquoi nous avons choisi cette nouveauté pour parcourir 3 000 km en moins d'une semaine. Du Grand Prix de France Moto au Mans en passant par la découverte des routes d'Ardèche avec le Rallye Club14, puis pour le quotidien une bonne dose de périphérique chaque matin, notre GT d'essai à encaissé les bornes sans broncher !

BMW K 1600 GT E4 2017 : style Ne cherchez pas de révolution dans le look de la nouvelle K16 GT. Certes, ses nouveaux coloris « rouge Mars », noir ou bleu/noir pour la série Sport (aux étriers dorés) informent quant au millésime, toutefois les évolutions opérées au niveau de sa proue ne sautent pas aux yeux des non-initiés. A moins d'observer avec attention les flancs plus couvrants de la face avant ou les déflecteurs amovibles placés sous la tête de fourche, plus grands qu'auparavant. Installé aux commandes, le nouveau fond de compteur noir sur lequel est indiqué K 1600 GT fait plus dynamique que l'ancien.

BMW K 1600 GT E4 2017 : ergonomie Avec des leviers réglables, aucun problème de préhension n'est à déplorer. Toutefois, les commodos présentent une myriade de boutons pour gérer toutes les équipements de la Touring. Ajouter en plus la molette de réglage du système audio placée à la naissance de la poignée gauche, et vous comprenez qu'il faille un certain temps pour enregistrer toutes les fonctionnalités des commandes du guidon. On trouve d'autres boutons placés à gauche sur le retour du carénage latéral. Ils obligent à lâcher le guidon pour les atteindre, mais comme ils gèrent l'audio cela n'est pas vraiment dommageable.

BMW K 1600 GT E4 2017 : confort On est bien assis sur la selle spacieuse et moelleuse, même si le large réservoir impose de sensiblement écarter les jambes. Les repose-pieds ne sont pas trop avancés, en revanche leur positionnement assez haut fait que votre serviteur de 183 cm a les jambes plus repliées que sur une RT par exemple. Avec un guidon bas et bien cintré le buste est droit et les bras sont détendus. On apprécie le dossier lombaires, comme la capacité d'absorption des suspensions électroniques calés en mode Road. En revanche la sonorité moteur est trop présente pour préserver les tympans sur la durée.

BMW K 1600 GT E4 2017 : protection C'est l'un des gros points forts de la K16 : avec sa largeur de proue, l'habillage des flancs et la hauteur de son pare-brise électrique, la touring propose un véritable cocon qui vous isole remarquablement du flux d'air comme des intempéries. On peut même rouler sur autoroutes avec la partie avant du casque modulable ouverte, mais à vitesse élevée on sent le vent vous pousser dans le dos. Les déflecteurs que l'on peut ouvrir et orienter vers le pilote ont bien évolué cette année. Par grosse chaleur en effet, l'air guidé vers les mains s'engouffre ensuite dans les manches pour efficacement ventiler le pilote. A allure vive toutefois, ce système génère quelques remous.

BMW K 1600 GT E4 2017 : moteur Nouveaux pots catalytiques aux nouveaux embouts de silencieux, filtre à charbon, cartographie remaniée, la nouvelle K 1600 GT répond à la norme antipollution Euro4, mais elle conserve exactement le même caractère moteur. Génial ! Car ce 6 cylindres est un monstre de performances qui affiche une très bonne souplesse. On peut en effet musarder tranquillement sous les 2 000 tours, puis cruiser à 3/4000 tours. En 6e à 130 km/h on évolue au régulateur à 3 750 tours, ce qui permet de ménager la consommation. Passés les 4500 tours maintenant, ce bloc devient carrément sportif. Et la sonorité des pots vous envoute !

BMW K 1600 GT E4 2017 : modes de conduite Une simple pression sur le bouton "Mode" du commodo droit permet de faire évoluer la cartographie moteur de la K16 suivant trois modes de conduite. Dynamic et Road offrent le couple maximal fixé à 175 Nm (à 5 250 tr) ainsi que les 160 chevaux (à 7 750 tours), avec une réponse plus franche à l'ouverture sur le Mode Dynamic. En mode Rain les courbes sont plus douces et la puissance maxi est limitée à 147 ch. (108 kW), alors que la valeur de couple maxi est plafonnée à 165 Nm. Notez que l'anti-patinage DTC est plus ou moins intrusif selon les modes, avec un paramétrage bien fait.

BMW K 1600 GT E4 2017 : transmission Sans être aussi souple que celle d'une R 1200 RT, la commande d'embrayage est douce. La sélection est précise et la boite verrouille parfaitement chaque rapport. Du beurre ! Mais pour dynamiser la conduite rien de tel que le Shifter Pro, une option franchement bien faite pour accroitre le coté (très!) dynamique de cette moto en passant les rapports à la volée. Il fonctionne également au rétrogradage. Côté transmission finale, l'ensemble arbre/cardan répond sans la moindre brutalité et l'arrière de la moto ne donne pas l'impression de se soulever à l'ouverture des gaz. 

BMW K 1600 GT E4 2017 : marche arrière On pourrait se passer de la marche arrière sur cette moto qui fait certes 332 kg avec les pleins, mais qui est parfaitement équilibrée. Cela dit pour sortir des stationnements parfois périlleux, qui plus est lorsque la moto est chargée ou que l'on roule à deux, elle est quand même d'une aide précieuse. Car elle est plutôt bien faite. Point mort : on appuie sur le bouton « R » du commodo gauche. Dès lors, en maintenant le bouton du contacteur enfoncé le moteur grimpe à 2000 tours avant que le système ne s'enclenche et vous fasse reculer avec fluidité à chaque impulsion du doigt sur le bouton.

BMW K 1600 GT E4 2017 : assistance Le haut de gamme à l'Hélice est doté d'un système ABS partiellement intégral, sollicitant du coup légèrement l'ariière lorsque le frein avant est actionné. Outre une meilleure progressivité appréciable en duo, il en ressort une certaine tranquillité d'esprit en mode ballade. Le système n'est pas déconnectable, ni réglable, mais ça gestion  apporte satisfaction. Quant au DTC, lui aussi n'est pas directement réglable, toutefois son degré d'intervention paramétré en fonction des modes de conduite a du sens. En option pour les démarrage en côte, le Hill Start Control permet de ne pas caler, pour qui aurait des difficultés à trouver le point de patinage. Mais sur la K16 la chose est facile, ce qui nous amène à penser que l'on pourrait s'en passer.

BMW K 1600 GT E4 2017 : freinage Outre une pédale de frein arrière aussi accessible qu'efficace, la nouvelle K16 est équipée d'une freinage avant très sérieux. Ses étriers axiaux à 4 pistons sont des références en terme de progressivité, mais pour obtenir le meilleur du mordant, il faut tout de même attraper fort le levier. Si on l'actionne la GT ne se relève pas en courbe. De plus sur les freinages appuyés, la moto fait preuve d'une stabilité remarquable. La plongée de la fourche est bien contenue, l'assiette de la K16 est alors quasi parfaite !

BMW K 1600 GT E4 2017 : instrumentation Sur la planche de bord, entre le compteur de vitesse et le compte-tours à aiguille est installé un écran TFT de 5,7 pouces. Il est large, bien agencé et les différentes couleurs qu'il propose assurent une lecture plus fluide. Toutefois, la quantité d'informations présentées est telle qu'il faut un certain temps d'adaptation pour s'y retrouver. Topo identique au niveau de la navigation : la multiplication des sous-parties n'aide pas à s'y retrouver au moment de la prise en mains.

BMW K 1600 GT E4 2017 : éclairage Vous serez vu au guidon de la luxueuse K16 GT...et quelques soient les circonstances vous verrez également toujours très bien grâce à ses différents systèmes d'éclairage. Les projecteurs Xénon ont un large spectre, les clignotants avant et arrière à leds sont très visibles, comme le large bloc feu arrière d'ailleurs. En option, l'éclairage adaptatif en virage est convaincant, à l'instar des anti-brouillards que l'on utilise en longue portée la nuit. Pour voir comme en plein jour, rien de tel ! Quant au feux diurnes à leds, comme sur les voitures de la marque, ils apportent une certaine distinction à la GT.

BMW K 1600 GT E4 2017 : aspects pratiques La K 1600 GT est équipée de série d'une béquille centrale, pas évidente à déployer. Placée à notre sens trop en arrière, elle n'offre pas un bras de levier suffisant pour soulever sans effort cette lourde machine. Concernant ses aspects pratiques nous sommes davantage convaincus par la présence d'un bouchon sur charnière, de prises 12 V pour le pilote (au niveau du flanc droit) et du passager (sous la selle pilote), ainsi que par la prise USB/Casque disposée dans la boite à gants de droite. Celle de gauche ne peut contenir une petite bouteille d'eau mais on peut y laisser quelques babioles. Le pare-brise électrique est très pratique, plus que le système de contrôle de pression des pneus, un peu gadget à notre sens.

BMW K 1600 GT E4 2017 : valises latérales Les valises de la K16 2017 n'ont pas été revu. Pour autant elles sont toujours bien faites dans la mesure où leur système d'ouverture est simple. Chacune peut accueillir un casque intégral, solidement arrimé par un système de sangles élastiques. Compte tenu de leur taille, leur encombrement est limitée. Mais si elles s'avèrent gênantes ou non-indispensables, les déposer est également aisé. Notez qu'en option BMW propose un système de vérrouillage centralisé, que l'on peut activer via la télécommande du système de démarrage sans clé, lui aussi en option.

BMW K 1600 GT E4 2017 : ville Le cité n'est pas le terrain de jeu des grosses motos, d'autant plus lorsque qu'elles sont équipées de valises. C'est un fait ! Toutefois la K 1600 GT fait oublier son poids et son gabarit très rapidement, tant elle est équilibrée. De plus avec sa selle relativement basse (780 mm sur notre machine de test), son pilote dispose de bons appuis pour la manoeuvrer, ce qui n'est pas de trop pour pallier au grand rayon de braquage. Et pour évoluer à basse vitesse il peut compter sur une parfaite connexion entre la poignée (électronique) des gaz et la roue arrière. Mais en plein été le 6 pattes chauffe copieusement.

BMW K 1600 GT E4 2017 : route Tailler la route en K 1600 GT est un must pour profiter des paysages en toute quiétude, seul ou à deux. Sur leur réglage Road, les suspensions électroniques sont en effet particulièrement efficaces pour amortir les petits chocs et conférer beaucoup de progressivité dans les enchainements. Mais sur le réseau secondaire sinueux, l'envie d'attaquer est trop forte ! La passage sur le mode Dynamic des suspensions rigidifie alors la touring que l'on même maintenant à très bon rythme avec sérénité. Gros freinages, mises sur l'angle, maintien des trajectoires, la très sérieuse partie cycle fait rapidement oublier le poids de la bête. De quoi jouir pleinement de son gros moteur en vissant littéralement sa poignée à chaque relance. Quel pied !

BMW K 1600 GT E4 2017 : autoroute Comme une grosse berline, la K 1600 GT est à l'aise sur autoroutes. Impossible d'y mettre en défaut sa tenue, elle semble toujours rivée à l'asphalte. Protectrice, confortable, elle y est franchement reposante et permet de vider un plein au bout de 3 heures de roulage, sans vraiment ressentir de fatigue corporelle. Ses rétroviseurs offrent une bonne vision et avec son éclairage puissant on est bien vu des autres usagers. Mais son imposant gabarit la pénalise au moment de passer la barrière de péage : les systèmes de détection automatique reconnaissent une voiture, ce qui oblige à passer dans les voies à guichets pour bénéficier du tarif moto.

BMW K 1600 GT E4 2017 : duo Annabele, The Voice, a testé la place passager pour son premier grand road trip. Et son bilan est positif, bien que notre moto d'essai était dépourvue de top case (et de son dosseret!). Largeur de selle, confort d'assise, souplesse de la motorisation comme des suspensions, il n'y a guère que le bruit prononcé des échappements qui lui est apparu fatigant. Aussi, elle enregistre quelques fourmillements au niveau de ses repose-pieds, mais au final elle semble avoir été enchanté par la ballade dans l'Ardèche et les 2500 km que nous avons parcourus ensemble en trois jours. C'est pour dire !

Avis de la rédaction sur Bmw K 1600 GT 2017
17.6/20
Sur la nouvelle K16GT les évolutions par rapport au modèle 2010 sont moindres. En même temps, il aurait été idiot de demander à BMW de changer des choses qui marchent déjà très bien sur son fer de lance Touring. Nous, ce que l'on désirait avant tout était de retrouver sa motorisation intacte. Et elle l'est, ouf ! Pour le reste, l'évolution de la face avant permet d'ajouter une énième étoile au confort Pullman de la voyageuse, qui devient plus pratique avec sa marche arrière et plus ludique à emmener à rythme soutenu grâce à son Shifter Pro. Deux nouvelles options qui alourdissent toutefois la facture, annoncée à 22 750 € en prix de base. Une somme coquète, mais toujours plus intéressante que le prix d'une Goldwing, fixé à 30 699 €...
Moteur époustouflant !Confort et protectionAgilité pour une grosse !Tenue de routeFreinage
Sonorité moteur usanteConsommation d'essence en mode sportChères options indispensables !
Les chiffresPrix23 250 €Puissance118 kW à 7750 tr/min0 à 100km/hN/CConso mixteN/C
Notes de la rédactionMoteur20/20Chassis20/20Look16/20Prix12/20Equipements20/20
 
18 commentaires - Bmw K 1600 GT 2017
  • avatar
    gerber -

    Article très intéressant : on peut s'amuser à rêver en corrigeant en chemin les nombreuses fautes d'orthographe...

    avatar
    ber830 -

    argument primaire ! a part cela sur le sujet rien de plus constructif de votre part..

  • avatar
    merlu4956 -

    Comme toutes les présentations de moto il y a de la musique et l'on entend pas le bruit du moteur et du pot d'échappement.
    Maintenant, même si la selle est réglable en hauteur, comment un homme d'1,67 m peut "escalader" cette belle limousine à deux roues.
    Comment peut-on comprendre qu'un homme de cette taille peut monter là-dessus comme un homme d'1,97 m ?
    Je veux bien que l'on me réponde objectivement.
    Pourquoi n'y a t il pas une position de conduite et plus précisément des jambes légèrement avancée ?....... Bizarre.
    Tous les pilotes n'ont pas 35 ans, loin s'en faut, mais plutôt la bonne cinquantaine.
    Lorsque l'on achète une voiture il y a mille options.
    Pourquoi dans les motos il n'y a pas, et ceci pour le moins :
    - Une position dite avancée.
    - Une moto pour les grands et pour les petits ?
    Merci pour des réponses concrètes sans tomber dans l'excès.

  • avatar
    roro974 -

    cest merkel ?

  • avatar
    Louisxivbis -

    Moi je rêve d'une moto bien Française avec un nom bien Français comme Rebelle , Voxan sans le E cela fait Anglais . ce serait un Trail 500 , avec seulement un Kick , on va pas s'emmerder avec un démarreur cela fait du poids inutile , et un Bi-cylindre démarre du premier coup .
    J'ai eu le bonheur de posséder la dernière Morini 501 Camel ,excellente machine , past trop lourde bien équipée , béquille latérale et Centrale Kick ça démarre tout seul un bi-cylindre ,démarreur électrique peu fiable seul défaut , je roulai beaucoup dans les chemins autant que sur la route ,je suis allé en Angleterre près de London , un vrai rail , je suis parti de Sablé/Sarthe , cela fait pas mal de route à l'arrivée pleine forme même pas de courbatures .
    Je l'ai malheureusement vendu à un Con suite à de graves problèmes Financiers et je la regrette . Une Moto Française nous manque .
    A bon Industriel Salut .

  • avatar
    k16 -

    J'en suis à ma 3 ème K1600 GTL,soit ma 15ème moto je suis motard depuis 40 ans,je pars tous les étés et autres saisons avec madame en moto, nous visitons l'Europe et très sincèrement cette moto est un vrai plaisir à piloter, ,je n'ai jamais eu de Goldwing qui a apparemment beaucoup de qualités, mais là c'est du pur bonheur.350 kgs sur la balance et un vrai vélo à manier, même pour moi qui suis petit. Nous avons fait au retours de vacances en Juin cette année d'une traite Venise/Orléans soit 1100 kms dans la journée, 4 arrêts, conso j'arrondi à 6l/100km chargés comme des mulets. Je n'ai jamais eu de soucis au péage d'autoroute contrairement au journaliste. L'ensemble moteur chassis suspension confort, fait que l'on très souvent au-dessus de la vitesse autorisée, on a aucune notion de vitesse tant que la moto gomme tout, donc danger!

  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]