Benelli TRK 502
Essai
16 septembre 2017
Bullit Hero
Essai
09 septembre 2017
Harley-Davidson Street Rod 750
Essai
02 septembre 2017
Honda SH 125i Euro4
Essai
19 août 2017
Yamaha MT-10 2017 Euro 4
Essai
12 août 2017
Kawasaki Versys-X 300
Essai
29 juillet 2017
Kymco Like 125 2017
Essai
22 juillet 2017
Bmw R 1200 GS 2017
Essai
15 juillet 2017
Indian Roadmaster Euro4
Essai
08 juillet 2017
TGB Blade 600 LT EPS
Essai
01 juillet 2017
Masai Scrambler 125 E4
Essai
24 juin 2017

Benelli BN600 R

Benelli BN600 R

Les photos de l'essai
Benelli BN600 R
29

publié le 15 novembre

On a longtemps pensé que le renouveau de Benelli se ferait par le 3 cylindres initié sur ses grosses cylindrées. Contre toute attente, c'est un 4 cylindres qui équipe la toute nouvelle BN 600 R. Ce roadster à l'accastillage ambitieux se double d'une version 35 Kw pour les permis A2. Chic !

Cette transalpines vise les Honda CB650F et Yamaha XJ6 qui font le gros des ventes. Plus exotique, la Benelli se verra probablement moins sur nos routes, mais elle compte bien discuter aux Japonaises leur part de gâteau ! 

Cadre à l'italienne

Comme le moteur, le large bras-oscillant en aluminium vient s'accrocher à un élément moulé composant la partie arrière du cadre. Un amortisseur Sachs réglable en ressort et en hydraulique y est fixé latéralement pour dégager de la place au collecteur d'échappement dont les silencieux ressortent sous la selle. Elégant !

Ces biens jolis silencieux à la forme particulière évoqueront, pour les connaisseurs, ceux de l'Aprilia Shiver. Le haut du cadre qui enserre le moteur, court jusqu'à la colonne de direction, est composé d'un treillis tubulaire typiquement italien.

Ligne agressive

Parfaitement dans l'air du temps, l'habillage très anguleux plait sans vraiment surprendre par son originalité. Feu arrière et clignotants sont confiés à des leds. Comme le design, la position est très typée Streetfighter. Repose-pieds haut placés, réservoir court pour une attitude avancée et large guidon ouvert : on est en position d'attaque mais confortable avec du caoutchouc jusque sur la pédale de frein ! 

Comme son poids, le gabarit imposant de la Benelli BN 600 R l'apparente à une cylindrée supérieure, mais une fois en action on les oublie facilement. Sous les yeux, le tableau de bord propose une instrumentation classique avec compte-tours à aiguille et fenêtre numérique avec compteur,  trip, jauge essence à segment, montre et température moteur, plus les voyants.

Toute en douceur

Les commandes, et en premier lieu la sélection, sont d'une grande onctuosité. Le levier de frein est réglable en écartement, pas celui de l'embrayage à câble. La selle comporte comme souvent deux niveaux. A défaut d'être réellement confortable, l'assise du pilote est plutôt agréable. Il en va de même pour celle du passager, parfois complètement négligé sur les roadsters sportifs. Celui-ci trouve deux belles poignées pour se tenir, s'il ne veut pas enserrer de ses bras le buste du conducteur. Malgré son gabarit supérieur, le roadster se montre maniable en ville et son rayon de braquage correct.

Moteur plaisant, mais timoré

La sonorité caverneuse du moteur laisse présager un caractère trempé. Bien rempli en bas, le 4-cylindres qui développe 82 chevaux à 11 500 tr/min manque un peu de tempérament. Linéaire dans les moyens régimes, il mnque de hargne à l'approche de la zone rouge. La partie-cycle a pourtant toutes les qualités requises. Son maître-mot est l'équilibre : jamais instable, avec une mise sur l'angle ne réclamant pas d'effort particulier, elle s'inscrit dans la tradition italienne. Une fois posée sur sa trajectoire, rien ne peut perturber cette Benelli. 

La grosse fourche inversée Marzochi, impressionne et joue dans la souplesse alors que l'arrière confié à Sachs, est plus ferme et directe. Globalement stable et précise, la Diva se montre parfaitement rassurante dans les enchaînements, comme en ligne droite. Inutile d'espérer la moindre protection du petit capotage de phare pourvu d'une bulle symbolique. 

Freinage excellent

Le freinage est à la hauteur du châssis, c'est à dire excellent. Les deux étriers radiaux Brembo à 4 pistons pincent des disques de 320 mm et se montre très puissants et pas trop brutaux sur les freinages reflexes. L'arrière assume lui aussi correctement son rôle. L'ABS n'est pour l'instant pas inscrit au rang des options.

Une place à se faire

Sur le créneau où ferraillent 2, 3 et 4 cylindres, la Benelli BN 600 R arrive en concessions pour se faire un nom. Son tarif peut paraitre cher, mais est embarque de l'excellence. Idéale pour les nouveaux conducteurs et les apprentis sportifs, elle pourra laisser sur leur faim les plus exigeants à cause d'un moteur un peu discret. Mais beaucoup sauront s'en contenter, ou même apprécieront sa sobriété et son équilibre. Facile, elle fera la joie notamment des nouveaux permis pour qui la version de base attendue en juin sera proposée à un tarif de 1000 € inférieur.

Avis de la rédaction sur Benelli BN600 R
16/20
Osé, le choix d'un quatre-cylindres middle size alors que beaucoup se tournent vers des trois-cylindres porteurs d'image et de caractère ? Probablement. Avec une mécanique docile, la Benelli BN 600 R montre de réelles qualités routières. Roadster sachant s'accorder à une conduite tranquille, elle ne rechigne pas à l'attaque où son châssis sain et équilibré excelle. Elle reste un peu chère face à la concurrence qui a aiguisé ses couteaux sur ce segment, mais embarque un équipement haut de gamme. On apprécie la finition et la qualité et la belle Italienne affiche des atouts à faire valoir et plus encore auprès des jeunes cantonnés au permis A2 dans sa version I.
• Design agressif• Belle sonorité• Originalité• Châssis homogène• Freinage efficace
• Expression moteur• Poids élevé• Planche de bord succincte• Pas d'option ABS
Les chiffresPrix7 495 €Puissance60 kW à 11500 tr/min0 à 100km/hN/CConso mixteN/C
Notes de la rédactionMoteur12/20Chassis20/20Look16/20Prix16/20Equipements16/20
 
0 commentaire - Benelli BN600 R
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]