Triumph Thruxton R 2016
Essai
02 décembre 2016
Benelli BN 251
Essai
19 novembre 2016
Piaggio Liberty 125 i-get
Essai
12 novembre 2016
KTM 1290 Super Duke GT
Essai
05 novembre 2016
Yamaha MT-07 Tracer ABS
Essai
22 octobre 2016
SWM Gran Milano 440 Special
Essai
15 octobre 2016
Honda PCX 125 2017
Essai
08 octobre 2016
Moto Guzzi V9 Bobber
Essai
01 octobre 2016
Yamaha MT-03
Essai
24 septembre 2016
Piaggio Medley 125
Essai
17 septembre 2016
Honda CB500 F (2016)
Essai
10 septembre 2016

Benelli BN 251

Benelli BN 251

Les photos de l'essai
Benelli BN 251
20

publié le 19 novembre

De loin, on pourrait prendre la Benelli BN 251 pour une autre : l'inspiration Kawa ER-6 mâtinée de KTM Duke 390 lui confère un quant-à-soi qu'elle affiche sans complexes avec un air mutin, l'air de dire « tu veux du fun, tu vas en avoir ! » Et pour pas cher, puisque sa version Euro4 ABS dispo en France en septembre prochain n'excèdera pas 3 590 €.La BN 251 est dérivée d'une Keeway, autre marque du groupe Qian Jian à qui appartient Benelli depuis 2005. Sorti début 2015 en Asie déjà sous la marque Benelli en tant que TNT 250, le modèle a bénéficié du travail de l'équipe italienne de Pesaro et subi quelques retouches esthétiques et techniques.

Compacte mais valorisante

Le cadre treillis met le moteur en valeur tandis qu'un sabot étoffe la ligne pour un gabarit compact mais valorisant, avec un poids de 160 kg tous pleins faits et 17 l dans le réservoir. On s'arrête volontiers sur la fourche inversée de 41 mm de diamètre, les jantes alu à 12 bâtons montées en Metzeler Sportec M5 d'origine, et le généreux pneu arrière de 150 mm de large.La finition n'a presque rien à envier à celle de japonaises ou européennes d'entrée de gamme, avec clignos et feu arrière à leds, des plastiques tout à fait corrects, un souci du détail notable et des matériaux choisis : clé repliable en forme de bras oscillant intégrant le logo Benelli, selle double frappée du nom de la marque, guidon et platines repose-pieds alu...



Fun mais pas exclusive

Hauteur de selle et ergonomie s'offrent à tous les gabarits : les petits n'ont pas de souci pour poser les deux pieds au sol ni pour les manœuvres à basse vitesse grâce au guidon étroit et au poids contenu, les plus grands s'accommodent de repose-pieds pas trop hauts placés et la forme du réservoir ne gêne pas leurs genoux. La position de conduite est typée roadster plutôt décontracté, avec peu d'appui sur les poignets et un buste presque droit. Le passager dispose de poignées de maintien bien placées et sa place n'est pas ridicule. L'instrumentation propre et lisible : compte-tours analogique, écran numérique pour la vitesse, avec horloge, totalisateur, trip partiel, jauge de réservoir et température moteur à segments, et un indicateur de rapport engagé. A main droite, les warning, et un levier de frein réglable, à la différence du levier d'embrayage : dommage car il est un peu lointain. Et une trousse à outils se trouve sous la selle.

Un mono tout à fait moderne

Le monocylindre de 249 cm3, associé à une boîte 6 rapports, est tout ce qu'il y a de plus moderne : injection, 4 soupapes, refroidissement liquide, double ACT et balancier d'équilibrage, pour des valeurs de puissance et de couple tout à fait correctes pour la cylindrée : 18,5 kW (25 ch) à 9000 tr/min et 21,5 Nm à 7000 tr/min. Il met vite en valeur son caractère joueur, assez prompt à monter dans les tours où on le cravache volontiers. Les bas régimes ne sont pas trop sa tasse de thé, la première s'essouffle vite et l'on a tôt fait d'embrayer sur la seconde et la troisième. On joue ensuite entre 4 et 5 autour des 7000 tours  en jouant de la boîte en cas de besoin, jusqu'à 130 km/h à 8500 tr/min (zone rouge à 10 000), pour une vitesse maxi que l'on peut estimer à 140 km/h compteur. Si la souplesse n'est pas extraordinaire, au moins ne cogne-t-il pas trop en ville, et l'embrayage se fait oublier. La boîte en revanche nous a gratifiés de quelques faux points morts, mais sinon, pas de souci pour trouver le vrai !

Joueuse mais rassurante

Moins vive qu'une KTM Duke, elle n'en reste pas moins joueuse en offrant une stabilité que les débutants apprécieront. Son pneu arrière relativement large ne bride pas ses velléités et permet une mise sur l'angle facile mais progressive. De même, la grosse fourche inversée n'alourdit pas du tout la direction. La BN 251 se prend en main de façon instinctive et rassure autant qu'elle donne envie de s'amuser. Les suspensions font dans le compromis : sur le réglage médian, l'arrière est un peu sec sur les petites compressions, mais l'hydraulique fonctionne bien sur les grosses. Principale critique à formuler sur la BN 251, la puissance du frein avant est vraiment timide. Sans ABS pour l'instant, cela vaut peut-être mieux que le contraire pour les novices, et on compense avec l'arrière tout à fait correct.

Valorisante, bien finie, performante et amusante, la BN 251 offre un rapport qualité/prix vraiment intéressant sans se la jouer outre mesure. Et elle prouve la réelle bonne volonté du groupe chinois pour valoriser leur marque italienne centenaire.

Avis de la rédaction sur Benelli BN 251
16/20
Chat échaudé craint l'eau froide dit le proverbe... Si nous avions quelques doutes avant de voir et d'essayer cette BN 251 dont nous connaissions la provenance, ils ont été joliment lavés lors de cette présentation. Sans se la jouer outre mesure, elle offre un rapport qualité/prix vraiment intéressant et prouve la réelle bonne volonté du groupe chinois pour valoriser leur "bébé" centenaire italien, sur les marchés émergents mais aussi et surtout en Europe. On attend bien sûr la version Euro4 ABS pour confirmer cette bonne impression. Toutefois, difficile de ne pas se poser la question du positionnement de cette moto, lorsque l'on sait qu'une BN 302 existe déjà dans la gamme, et que le marché des petites-moyennes cylindrées européen, bien qu'en progression, reste une niche. Certes, en chassant sur les terres fun des Duke (sans pouvoir être qualifiée de vraie concurrente), elle ne s'adresse pas à la même clientèle que la 300. Certes, le permis A2 pour tous va logiquement changer un peu la donne sur le marché. Reste qu'il faudra du temps pour redorer le blason de la marque. D'ailleurs, en Italie, 3 ans de garantie sont d'ores et déjà proposés, ce que l'importateur français, la Dip, envisage aussi. De quoi assurer à la BN 251 le succès qu'elle mérite ?
Equipement et finitionComportement sainMoteur joueurLook funPrix
Frein avant trop légerFaux points mortsOn attend l'ABS
Les chiffresPrix3 190 €Puissance18,5 kW à 9000 tr/min0 à 100km/hN/CConso mixteN/C
Notes de la rédactionMoteur16/20Chassis16/20Look16/20Prix20/20Equipements12/20
 
3 commentaires - Benelli BN 251
  • [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]